Lipase

La lipase est une enzyme essentielle à la digestion des graisses. Cet article examine sa définition, son rôle dans le corps, ainsi que les conséquences d'un taux trop bas ou trop élevé et les traitements adaptés.

Trouver un Laboratoire d’analyses médicales à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Produite par le pancréas, la lipase fait partie des enzymes très largement impliquées dans le processus de la digestion des graisses. Le dosage sanguin de la lipase constitue un outil fiable pour détecter une inflammation du pancréas ou vérifier l'efficience d'une thérapie. Taux augmenté ou abaissé, quelles sont les principales causes ?

Définition : qu’est-ce que la lipase et la lipasémie ?

Enzyme digestive principalement sécrétée par le pancréas, la lipase est également présente – mais en de très faibles quantités – au niveau de la muqueuse gastrique, dans les érythrocytes et dans les leucocytes. En médecine, le dosage de la lipase – la lipasémie – est généralement utilisé pour évaluer la santé du système digestif d'un patient, diagnostiquer ou suivre l'évolution d'une maladie de pancréas. En effet, la lipase pancréatique est une glycoprotéine dont la fonction est d'hydrolyser (briser) les triglycérides au sein du duodénum. Cette action libère les acides gras libres de manière qu'ils puissent être absorbés par l'intestin. Une lipase augmentée ou, au contraire, basse constitue le signe d'une inflammation pancréatique ou d'une pathologie digestive chronique. La lipase dans le sang est souvent mesurée en association avec une autre enzyme appelée "amylase". Néanmoins, cette dernière reste moins fiable que la lipase, car elle est également sécrétée en larges proportions par les glandes salivaires.

Un soignant montre un tube de sang destiné à être analysé. Le dosage sanguin de la lipase constitue un outil fiable.

 

Lipase pancréatique : quelle est la norme et le taux à ne pas dépasser ?

En moyenne, les normes indicatives pour la lipase sont comprises entre 50 – 240 UI/l (unités internationales par litre). Les valeurs de référence peuvent varier en fonction des laboratoires d'analyses qui utilisent des techniques de mesures différentes. En effet, certains laboratoires privilégient les méthodes directes (titrimétrie) qui prévoient le dosage des acides gras libérés par action de l'enzyme digestive. D'autres emploient préférentiellement des méthodes indirectes : néphélémétrie, colorimétrie, réflectométrie…

Que signifie un taux de lipase trop haut (hyperlipasémie) ou trop bas et quels sont les symptômes et maladies associés ?

Une lipase élevée révèle bien souvent une forme de souffrance pancréatique. La lipasémie va avoir tendance à augmenter lorsque les cellules du pancréas sont altérées ou en cas d'obstruction du canal pancréatique. En réaction, l'organe va produire davantage de lipase. Le médecin va préconiser une évaluation de la lipase sanguine en présence de symptômes digestifs persistants et inexpliqués – douleurs abdominales, nausées, vomissements, perte d'appétit, amaigrissement – associés ou non à un ictère (jaunisse). Dans de nombreux cas, les symptômes générés par une lipase pancréatique trop élevée ne surviennent que tardivement.

 

Les principales causes d'une lipase élevée sont les suivantes :

  • la pancréatite aiguë et chronique,
  • le carcinome du pancréas ;
  • la lithiase pancréatique ;
  • la cholécystite ;
  • le kyste du pancréas ;
  • l'ulcère perforé dans le pancréas ;
  • l'obstruction des canalicules ;
  • le traumatisme abdominal ;
  • l’insuffisance rénale aiguë ou chronique ;
  • l’éthylisme chronique…

Que signifie un taux de lipase trop bas ?

La lipasémie abaissée est parfois remarquée lors du premier mois de grossesse sans qu'elle ne revête de caractère pathologique. Il s'agit tout simplement d'une variation physiologique. Une hypolipasémie légère à modérée s'observe parfois dans le cadre d'une pathologie diabétique ou de la tuberculose. Mais une baisse massive du taux de lipase dans le sang signifie, en général, que le pancréas est profondément abîmé. La lipasémie va, en effet, avoir tendance à augmenter lors des premiers stades d'une pathologie pancréatique. Plus l'atteinte progresse et détruit les cellules, plus le pancréas est détruit et plus le taux de lipase va diminuer. On retrouve donc ce type de diminution dans le cadre d'une pathologie pancréatique avancée.

Comment mesurer le taux de lipase dans le sang et interpréter les résultats de la prise de sang ?

Le taux de lipase est obtenu grâce à l'analyse d'un échantillon sanguin prélevé au niveau du pli du coude. Il n'est pas nécessaire d'être à jeun pour pratiquer cette prise de sang. Mais il est également possible de mesurer la concentration de cette enzyme digestive dans les urines. On parle alors de lipasurie. Les praticiens ont recours à cette analyse dans certaines situations, notamment chez des patients présentant une insuffisance rénale chronique.

 

L'interprétation des résultats doit être réalisée par le médecin prescripteur. En présence d'un taux anormal, le praticien pourra pousser son investigation plus loin en préconisant des examens médicaux complémentaires. L'objectif ? Identifier la pathologie à l'origine de cette fluctuation et la traiter.

Comment faire baisser le taux de lipase dans le sang : quels sont les traitements ?

La normalisation de la lipasémie passe inévitablement par la prise en charge de la pathologie sous-jacente à l'origine de l'augmentation du taux enzymatique. En cas de pancréatite aiguë, par exemple, l'inflammation du pancréas doit faire l'objet d'une prise en charge hospitalière au cours de laquelle le patient sera placé sous antalgiques plus ou moins puissants et sous antiémétiques pour apaiser les nausées et vomissements. Si l'inflammation aiguë du pancréas est secondaire à une lithiase biliaire (calculs), une opération endoscopique pour la retirer est envisagée lorsque l'évacuation n'est pas spontanée. À cette occasion, la résection de la vésicule biliaire est souvent réalisée lorsque le processus inflammatoire est endigué afin de limiter le risque de récidives. En cas de cancer du pancréas, la stratégie thérapeutique sera déterminée par une équipe pluridisciplinaire. La chirurgie représente le traitement de référence en la matière, mais elle n'est pas toujours envisageable, car le cancer du pancréas est trop souvent diagnostiqué à un stade trop avancé. Quels que soient la pathologie et le traitement mis en œuvre, des lipasémies régulières sont réalisées tout au long de la thérapie afin de vérifier son efficience.

 

Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste biologie médicale au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les biologistes médicales au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Qu'est-ce qu'un taux de lipase trop élevé : quel est le taux à ne pas dépasser ?

Un taux de lipase trop élevé, également connu sous le nom d'hyperlipasémie, est généralement défini par des valeurs supérieures à 240 UI/L dans les analyses de sang.

Qu'est-ce qui fait monter le taux de lipase ?

Un taux élevé de lipase révèle souvent une souffrance pancréatique, liée à des cellules pancréatiques altérées ou à une obstruction du canal pancréatique. Les principales causes incluent la pancréatite, le carcinome, la lithiase pancréatique, la cholécystite, le kyste, l'ulcère, l'obstruction des canalicules, le traumatisme abdominal, l'insuffisance rénale et l'éthylisme chronique.

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

4 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

140

établissements