Arthroscanner

L’arthroscanner est un appareil permettant de réaliser des examens médicaux non invasifs des articulations. Il est utilisé pour diagnostiquer des pathologies telles que l'arthrose ou l’ostéochondromatose.

Trouver un spécialiste en orthopédie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’arthroscanner est un examen permettant d’étudier les structures d’une articulation et de diagnostiquer éventuellement des fractures, des déchirures ou des arrachements. L’arthroscanner se déroule en deux parties : une injection d’un produit de contraste guidée par une radiographie et un scanner de l’articulation.

Définition : qu’est-ce que l’arthroscanner ?

L’arthroscanner est un examen d’imagerie médicale composé de deux parties : une injection d’un produit de contraste sous guidage radiographique puis un scanner. L’arthroscanner est un examen utilisant les rayons X, il permet d’étudier finement toutes les structures d’une articulation, c’est-à-dire le cartilage (revêtement de la surface osseuse), les ligaments (structures stabilisant les os entre eux), les os, les muscles, les tendons (structure permettant l’insertion des muscles) ou encore la membrane synoviale (membrane tapissant l’intérieur d’une cavité articulaire et sécrétant le liquide synovial).

Pourquoi faire un arthroscanner de l'épaule, de la hanche, du poignet, du coude, de la cheville ou du genou ?

Classiquement, l’arthroscanner est prescrit pour diagnostiquer deux grandes pathologies que sont l’arthrose et l’ostéochondromatose (formation de nodules cartilagineux au sein du tissu synovial). L’arthroscanner peut être prescrit pour étudier toutes les articulations du corps. Principalement, on peut réaliser des arthroscanners de différentes articulations :

  • l’épaule : pour étudier l’instabilité d’une épaule, une luxation ou une fissuration ;
  • la hanche : pour étudier une déchirure du cartilage du labrum ;
  • le poignet : pour étudier une déchirure ou une atteinte ligamentaire ou de tendons, voire une fracture de l’os scaphoïde, une arthrose ou une pseudo-arthrose ;
  • le coude : pour étudier une atteinte des ligaments ;
  • la cheville : pour étudier des lésions ostéochondrales ou la présence de corps étrangers ;
  • le genou : pour étudier des arthropathies inflammatoires, des lésions cartilagineuses, une ostéochondrite (atteinte du cartilage ou des os) ;
  • l’arthroscanner peut également être prescrit pour compléter un autre examen d’imagerie médicale comme une échographie ou une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). 

Comment se préparer à un arthroscanner ?

Avant l’examen, le médecin prescrira une prise de sang pour vérifier que le patient ne présente pas d’insuffisance rénale sévère. Le taux de créatininémie et le débit de filtration glomérulaire seront ainsi analysés. Le médecin expliquera la procédure à suivre et les résultats éventuels de l’examen.Il n’est pas nécessaire de venir à jeun pour pratiquer un arthroscanner. Le médecin prescrira également les produits de contraste à acheter pour réaliser l’arthroscanner. La peau au niveau de l’articulation doit être bien lavée avant l’examen. Avant de passer l’arthroscanner, il faut éviter de trop solliciter son articulation. Le jour de l’examen, il conviendra donc d’amener son ordonnance, la liste des médicaments prescrits, les produits de contraste ainsi que la demande écrite du médecin.

Quelles sont les contre-indications d’une radiologie avec arthroscanner ?

L’arthroscanner est contre-indiqué en cas de grossesse. L’examen est également contre-indiqué en cas d’insuffisance rénale sévère et d’allergie à l’iode, car le produit de contraste injecté est un produit iodé.

Arthroscanner

 

Comment se déroule un arthroscanner : étapes, durée, infiltration et douleurs ?

L’arthroscanner se déroule en deux phases. Dans un premier temps, le patient est allongé sur la table d’examen. Le site d’injection est désinfecté puis le produit de contraste est injecté sous guidage radiographique. Généralement, un anesthésique est injecté avant afin d’éviter que l’examen soit douloureux. Des radiographies sont ensuite effectuées. Le patient devra prendre des positions différentes pour réaliser des clichés de l’articulation sous différents angles. Parfois, une infiltration d’anti-inflammatoires peut être pratiquée. Le patient va ensuite passer dans la salle de scanner. Il se place sur une table amovible qui va glisser vers l’anneau du scanner. Il devra rester immobile en retenant sa respiration quelques secondes pendant la prise de clichés qui permettront de donner des images en trois dimensions. L’examen dure quelques dizaines de minutes.

Quelles sont les effets indésirables possibles d’un arthroscanner ?

Les complications de l’arthroscanner sont rares. Parfois, il peut arriver que le produit de contraste provoque des réactions allergiques comme un gonflement de l’articulation. Face à des signes d’allergie, il faut impérativement prévenir un médecin. Il existe un risque très faible d’infection au niveau de l’articulation. En cas de fièvre se développant dans les jours qui suivent un examen d’arthroscanner, il est important de consulter rapidement un médecin.

 

Certaines personnes souffrant de claustrophobie peuvent ressentir un malaise dans l’anneau du scanner, mais l’examen ne dure généralement que quelques minutes. L’activité physique doit être suspendue pendant 2 jours après l’examen afin d’éviter toute complication au niveau de l’articulation comme un épanchement (gonflement de l’articulation).

Quels sont les résultats d’un arthroscanner ?

Il est important de boire beaucoup après un arthroscanner. Les résultats sont analysés en premier lieu par le radiologue, puis envoyés au médecin référent. Un CD et un compte rendu des images obtenues seront également remis au patient. Après l’examen, il convient de ne pas trop solliciter l’articulation. Si l’articulation est douloureuse, des antalgiques ou des anti-inflammatoires peuvent être pris pour diminuer la douleur.



Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste en radiologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les radiologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Comment se passe un arthroscanner ?

L’arthroscanner est un examen médical qui permet de diagnostiquer les lésions des articulations. Il s’agit d’une radiographie numérisée et informatisée des articulations après injection d'un produit de contraste.

Quelle est la différence entre un scanner et un arthroscanner ?

Ce qui différencie le l'arthroscanner du scanner, est l'injection d'un produit de contraste.

Peut-on conduire après un arthroscanner de l'épaule ?

Après un arthroscanner de l'épaule, on peut conduire, mais il est recommandé de faire attention et de ne pas forcer sur l'épaule.

Peut-on marcher après un arthroscanner du genou ?

Après un arthroscanner du genou, il est possible de marcher, mais il est recommandé de ne pas trop solliciter l'articulation.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements