Ver solitaire ou ténia

Le ver solitaire, connu aussi sous le nom de ténia ou tænia, est un ver parasite qui grandit dans l’intestin grêle de l’homme. Il provient essentiellement de l’alimentation et tout particulièrement de la consommation de viande crue ou mal cuite. Découvrez ce qu’est le ver solitaire, ses causes et ses traitements.

Trouver un spécialiste en Gastro-entérologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Le ver solitaire, appelé aussi communément « ténia » ou « tænia », est un ver parasite qui grandit dans l’intestin grêle de l’homme et peut vivre 30 à 40 ans dans l’organisme humain. Ce ver parasite provient essentiellement de l’alimentation et tout particulièrement de la consommation de viande crue ou mal cuite infestée par des larves. Dans un grand nombre de cas, l’infection au ver solitaire est asymptomatique. Une fois le diagnostic posé, le médecin prescrit classiquement un traitement vermifuge pour tuer le parasite. Une fois mort, le ver solitaire est évacué par les selles. Le ver solitaire, lorsqu’il est détecté, se soigne généralement très bien : les complications sont donc heureusement très rares.

Qu’est-ce que le ver solitaire ou ténia ?

ver solitaire ou ténia représentation

Le ver solitaire ou ténia, désigne une maladie provoquée par la présence d’un ver parasite dans l’intestin grêle de l’homme absorbant une partie de la nourriture ingurgitée. Ce ver, hermaphrodite, peut vivre 30 à 40 ans dans l’organisme humain et atteindre une taille de 10 mètres de long.

On distingue cinq types de tænias :

  • Le tænia solium (taenia solium ou ténia armé) : il est transmis par la consommation de viande de porc.
  • Le tænia saginata : l’hôte intermédiaire par lequel il est transmis à l’homme est la viande de bœuf.
  • L'hymenolepis nana : ce tænia nain se trouve surtout dans les pays chauds et affecte essentiellement les enfants par ingestion de ses œufs.
  • Le tænia échinocoque : parasite issu du renard ou du chien, ce ver solitaire colonise le foie et les poumons.
  • Le tænia diphyllobothrium latum (ténia du poisson) : ce tænia se niche dans la chair de certains poissons d’eau douce.

Comment est-on contaminé par un ver solitaire ?

La contamination par un ver solitaire se fait par deux biais :

  • L’infection peut se faire lors de l’ingestion de viande crue ou insuffisamment cuite, infestée par des larves. En effet, ce ver est constitué d’anneaux remplis d’œufs. Or ces œufs se cachent dans les muscles de la viande bovine et porcine infectée et doivent être détruits par une cuisson suffisante à cœur avant ingestion de la viande. Sinon, ces œufs vont coloniser l’intestin grêle et donner naissance à un long ver solitaire.
  • La contamination peut se faire également lors du ramassage d’aliments contaminés par les selles des animaux (chien, renard…) lors du jardinage par exemple. Porter ses mains à sa bouche sans les avoir lavées au préalable comporte alors un risque fort de contamination.

Quels sont les symptômes d’un ver solitaire ?

Selon les patients, les symptômes d’un ver solitaire varient. Dans un grand nombre de cas, l’infection au ver solitaire est souvent asymptomatique. Mais cette pathologie peut aussi se manifester par ces symptômes :

  • une perte de poids rapide non consécutive à un régime alimentaire ;
  • des petits anneaux composant le ver et ressemblant à des pâtes, retrouvés dans les sous-vêtements, les selles, ou encore sous la douche ;
  • une fatigue inhabituelle ;
  • des nausées ;
  • des troubles digestifs.
  • une perte d’appétit ;
  • des douleurs abdominales ;
  • des maux de tête ;

Comment diagnostiquer le ténia ?

ver-solitaire-diagnostic

Pour diagnostiquer le tænia, le médecin dispose de divers examens possibles :

  • Une analyse parasitologique des selles : la coproculture permet en effet de détecter la présence de parasites.
  • Une prise de sang : la prise de sang vise à mesurer le taux de globules blancs à éosinophiles. Il est à noter cependant que cet examen n’est pas toujours probant, car malgré la présence du tænia, le taux de globules blancs à éosinophiles reste souvent modéré.
  • Un examen du fond de l’œil pour voir si la rétine est affectée ; un scanner cérébral et une IRM peuvent être préconisés en cas de suspicion d’infection par le tænia solium.

Quel traitement pour le ver solitaire ?

Si le médecin identifie la présence d’un ver solitaire, alors un traitement vermifuge est indispensable pour déloger et tuer le parasite. C’est effectivement, à ce jour, le médicament le plus efficace contre le ténia. La phytothérapie peut aussi apporter une réponse.

Les traitements sont :

  • Le niclosamide et le praziquantel : ce sont les médicaments antiparasitaires les plus couramment prescrits pour tuer le tænia. Une fois mort, le ver solitaire est évacué par les selles.
  • Des graines de courges réduites en poudre au pilon, puis associées à du miel, consommées à jeun, aident à se débarrasser du tænia. L’ail, de même, est un vermifuge naturel.

Quelles sont les complications et risques possibles liés au ténia ?

Le ver solitaire, une fois détecté, se soigne généralement très bien si le traitement est correctement suivi. Les complications du ver solitaire sont donc très rares. Toutefois, dans le cas d’une contamination par consommation de viande de porc (tænia solium), il peut, entre autres, arriver que l’homme devienne lui-même un hôte intermédiaire. On parle alors de cysticercose cérébrale, ou neurocysticercose, qui affecte le système nerveux central (troubles neurologiques et oculaires) et se révèle être une pathologie relativement grave pour la santé.

Comment prévenir l’infection par un ver solitaire ?

Diverses précautions sont à observer pour prévenir l’infection par un ver solitaire et limiter les risques. Cela passe par :

  • Une cuisson suffisante de la viande de porc et de bœuf à cœur, pour tuer les éventuelles larves du tænia présentes. Les larves sont en effet détruites par une température de cuisson supérieure à 45 degrés.
  • Une bonne hygiène : lavage des mains avant chaque repas, après être allé aux toilettes et après avoir manipulé de la terre (en faisant du jardinage notamment).
  • Une congélation prolongée de la viande : congeler la viande à moins 20 degrés ne suffit pas à tuer les larves de ver solitaire si la congélation est trop brève.
  • Ne pas manger de fruits, légumes et baies sauvages sans les avoir préalablement bien lavés.
  • Penser à vermifuger son chien.

Cet article médical a été relu et validé par un gastro-entérologue spécialiste en chirurgie de l’obésité dans l’un des établissements ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les chirurgiens viscéraux et digestifs au sein des hôpitaux privés ELSAN, spécialisés en chirurgie de l’obésité, dite chirurgie bariatrique, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Article écrit le 11/05/2022

Vos questions fréquemment posées :

Comment se débarrasser du ténia naturellement ?

Certains remèdes naturels peuvent aider à se débarrasser du ténia telles que les graines de courges associées à du miel et consommées à jeun, ou encore l’ail.

Est-ce grave d'avoir le ver solitaire ?

Une fois détecté, le ver solitaire se soigne généralement facilement. Les complications du ver solitaire sont très rares. Toutefois, dans le cas d’une contamination par consommation de viande de porc, il peut arriver que l’homme devienne lui-même un hôte intermédiaire. On parle alors de cysticercose cérébrale, ou neurocysticercose, qui affecte le système nerveux central et se révèle être une pathologie relativement grave.

Est-ce que le ver solitaire est contagieux ?

Le ver solitaire n'est pas contagieux.

Traitements associés à la Gastro-entérologie

Examens associés à la Gastro-entérologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements