Spermogramme

Le spermogramme est un examen crucial pour évaluer la fertilité masculine et déterminer les éventuelles causes d'infertilité. Il permet d'analyser la qualité du sperme, notamment le nombre, la morphologie et la vitalité des spermatozoïdes. Dans cet article, nous explorerons en détail ce qu'est un spermogramme, pourquoi il est important de le réaliser et comment il se déroule.

Trouver un spécialiste en Urologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Le spermogramme est un examen très important qui rentre dans le cadre d’un bilan de fertilité. Il s’agit d’un examen indolore qui permet d’étudier les caractéristiques du sperme.

En cas de difficultés à procréer, un bilan de fertilité est généralement prescrit. Chez l’homme, le spermogramme permet de connaître notamment le nombre de spermatozoïdes, leur vitalité ou encore leur morphologie. Le spermogramme permet également de choisir la technique de procréation médicalement assistée la plus pertinente, en cas de difficulté à concevoir.

Qu’est-ce qu’un spermogramme ?

Le spermogramme est un terme définissant une analyse qualitative et quantitative du sperme. Le spermogramme permet ainsi d’obtenir des informations sur la capacité de fécondation du sperme d’un individu. Le spermogramme permet de connaître la composition du sperme à un instant précis. Il est important de souligner que la présence d’anomalies dans le sperme n’est pas forcément synonyme d’infertilité. Le volume du sperme, son aspect, son pH, sa viscosité, le nombre de cellules présentes sont analysés. Il est à noter que la composition du sperme peut changer en fonction de différents facteurs (stress, maladie, fatigue…).

Le nombre de spermatozoïdes, leur vitalité, leur mobilité et leur forme sont aussi étudiés. Une fois le spermogramme réalisé, on peut compléter cet examen avec une spermoculture (examen permettant de détecter des pathogènes au niveau du sperme). Un test de migration-survie peut également compléter le bilan d’infertilité.

Pourquoi faire un bilan de fertilité chez l’homme ?

L’infertilité touche environ un couple sur dix. Celle-ci peut être d’origine féminine, d’origine masculine ou d’origine mixte. On estime qu’environ 30 % des cas d’infertilité sont d’origine masculine. Des malformations génitales, une cryptorchidie ou encore certaines pathologies infectieuses peuvent altérer la qualité du sperme. Le spermogramme constitue une étape importante et incontournable d’un bilan de fertilité.

En cas de projet parental et s’il n’y a toujours pas eu de conception après 12 à 24 mois de rapports réguliers, il est bon de réaliser un bilan de fertilité.

Le spermogramme peut également être réalisé dans le cadre d’une technique d’aide à la procréation. En effet, le spermogramme va pouvoir aider le médecin à choisir la technique de procréation médicalement assistée la plus adaptée.

Faut-il faire un spermogramme dans un laboratoire ?

Le recueil du sperme s’effectue par masturbation. Le recueil peut être réalisé à domicile dans certains cas particuliers, par exemple si l’homme ne peut pas se déplacer. Le recueil se réalise le plus généralement au sein du laboratoire. Cela garantit que l’échantillon ne sera pas altéré pendant le transport par exemple. Généralement, un échantillon réalisé à domicile doit être remis au laboratoire d’analyse très rapidement (le transport ne doit pas excéder 30 minutes) afin que l’échantillon soit exploitable.

Spermogramme

 

Déroulement : Comment se passe une test de spermogramme ?

Tout d’abord, avant de réaliser un spermogramme, il est nécessaire d’avoir un premier rendez-vous avec un médecin référent. Celui-ci expliquera le but du spermogramme. Il est important d’observer une abstinence sexuelle de deux à sept jours. Le jour de l’examen, il faut boire environ un demi-litre d’eau et uriner juste avant. Dans un premier temps, la verge est soigneusement nettoyée à l’aide de compresses antiseptiques ou d’eau et de savon, puis séchée avec une serviette en papier. Le lavage des mains scrupuleux est également indispensable. Le recueil de sperme s’effectue par masturbation. Le sperme est récupéré dans un récipient stérile.

Le sperme est ensuite analysé de façon macroscopique puis microscopique. Généralement, les résultats peuvent être donnés rapidement en 24 heures, mais cela peut prendre parfois plusieurs jours. En fonction des résultats, le recours à une technique de procréation médicalement assistée pourra être proposé, comme une insémination artificielle, une Fiv (Fécondation in vitro), ou encore une Fiv avec ICSI (Fiv avec injection intracytoplasmique).

Qu’est-ce que la spermoculture et à quoi sert-elle ?

La spermoculture est un test particulier permettant de rechercher la présence d’éventuels agents pathogènes dans le sperme. Normalement, le sperme est stérile, mais il peut arriver qu’il soit infecté par des bactéries par exemple. Ce type d’infection peut être asymptomatique et avoir un impact sur la fertilité masculine. Il est également important d’effectuer une spermoculture avant de procéder à une technique de procréation médicalement assistée (avec insémination intra-utérine) pour éviter tout risque d’infection de la partenaire. Si plusieurs inséminations doivent être nécessaires, la spermoculture devra être réalisée régulièrement afin de s’assurer que le sperme est stérile.

Quels sont les résultats d’un examen spermogramme ?

Tout d’abord, en cas de résultats anormaux, un nouveau spermogramme sera programmé. Celui-ci s’effectuera au bout de trois mois, puisque la spermatogenèse (fabrication des spermatozoïdes) dure 74 jours. Selon les normes de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), le nombre de spermatozoïdes doit être supérieur à 39 millions. Quand le nombre de spermatozoïdes est inférieur à 15 millions de spermatozoïdes, on parle d’oligospermie. En cas d’absence totale de spermatozoïdes, on parle d’azoospermie. La mobilité doit être supérieure à 30 %. Quand ce n’est pas le cas, on parle d’asthénospermie.

La forme des spermatozoïdes est évaluée selon une classification très stricte appelée classification de Kruger. Le nombre de spermatozoïdes ayant une forme typique doit être d’au moins 4 %. Si le nombre de spermatozoïdes ayant une forme typique est inférieur à 4 %, on parle de tératospermie. La tératospermie n’est pas corrélée à un taux de malformation, mais peut jouer sur la fertilité. Si le sperme présente des agglutinats, ceux-ci peuvent être dus à la présence d’anticorps anti-spermatozoïdes. Le nombre de cellules rondes (c’est-à-dire de cellules qui ne sont pas des spermatozoïdes) est également comptabilisé. Ce nombre ne doit pas être trop important.

 

Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste en urologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens urologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Où prendre rendez-vous faire un spermogramme ?

Retrouvez tous les professionnels et établissements près de chez vous pour réaliser un spermogramme au sein de notre annuaire : Trouver un spécialiste ou un hôpital privé ELSAN

Combien de temps pour avoir le résultat d'un spermogramme, quel délai ?

En règle générale, le délai des résultats est d'environ 24 heures, mais peuvent aussi prendre quelques jours dans certains cas particuliers. 

Pourquoi 3 jours d'abstinence avant spermogramme ?

Une abstinence sexuelle de deux à sept jours avant un spermogramme est recommandée car cela peut affecter la qualité et la quantité des spermatozoïdes. une abstinence trop courte peut donner des résultats qui ne reflètent pas la qualité normale du sperme.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

4 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

140

établissements