Colposcopie :

La colposcopie est un examen gynécologique qui est prescrit en cas de frottis vaginal anormal, afin de déceler un éventuel cancer du col de l’utérus. Il permet d’examiner le vagin, la vulve et le col de l’utérus, grâce à un microscope appelé colposcope. Découvrez en quoi consiste la colposcopie.

Trouver un spécialiste en Gynécologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La colposcopie est un examen gynécologique qui est prescrit en cas de frottis vaginal anormal ou de test positif au papillomavirus humain, afin de déceler un éventuel cancer du col de l’utérus. Il permet d’examiner le vagin, la vulve et le col de l’utérus, sans qu’une anesthésie soit nécessaire, grâce à un microscope appelé colposcope. La colposcopie est un examen rapide et indolore des tissus du col utérin qui permet une détection et une prise en charge précoces et permet d’éviter la diffusion des cellules cancéreuses.

Les résultats sont disponibles dans les 7 à 10 jours suivant la colposcopie.

Qu’est-ce que la colposcopie ?

La colposcopie est un examen gynécologique qui est prescrit par un gynécologue en cas de frottis cervico-vaginal anormal. Il permet d’examiner le vagin et le col de l’utérus dans le but de repérer d’éventuelles lésions et de procéder à un prélèvement (biopsie). Elle ne nécessite pas d’anesthésie car c’est un examen indolore. Pour cet examen, le gynécologue se sert d’un colposcope, qui est un microscope muni d’une loupe binoculaire grossissante et de colorants qui vont mettre en évidence les lésions précancéreuses et cancéreuses de la muqueuse vaginale et du col.

Pourquoi faire une colposcopie ?

Différents cas de figure peuvent conduire le gynécologue à effectuer une colposcopie :

  • Si le frottis cervico-vaginal est anormal : le frottis est un examen cytologique, autrement dit un examen des cellules réalisé dans le but de dépister des lésions cancéreuses ou pré cancéreuses ; il est effectué tous les 3 ans chez la femme.
  • Si le test HPV est positif : le frottis prévoit, chez les femmes de 30 ans et plus, un examen virologique, appelé test HPV. HPV est l’abréviation du papillomavirus humain. Le test HPV permet de détecter une infection par le virus papillomavirus humain qui est à l’origine du cancer du col de l’utérus. Ce test est fiable et doit être complété par l’examen cytologique, qui ne détecte lui que 60 % des anomalies.

Une détection précoce permet une prise en charge rapide qui augmente les chances de guérison et permet d’éviter la diffusion des cellules cancéreuses.

Comment se déroule une colposcopie ?

La colposcopie nécessite la mise en place d’un spéculum (écarteur vaginal) permettant de mieux exposer le col de l’utérus. Il n’y a en général pas de préparation particulière. Pour les patientes ayant de fortes craintes, le praticien peut prescrire un traitement apaisant à prendre au bon moment. 

Voici les différentes étapes de l'examen : 

  • L’examen doit être effectué en dehors de la période des menstruations. Chez les femmes ménopausées, un traitement hormonal à base d’œstrogènes peut s’avérer nécessaire pour permettre l’accessibilité du col de l’utérus (du canal cervical notamment).
  • La patiente est installée en position gynécologique.
  • Un spéculum est introduit dans le vagin pour maintenir écartées les parois vaginales. Puis deux colorants sont utilisés pour tapisser les parois vaginales et le col : l’acide acétique et le Lugol (le Lugol est une préparation iodée : son application est appelée test de Schiller). Ces colorants vont permettre de mieux voir et mettre en évidence d’éventuelles zones anormales de la muqueuse utérine, lesquelles sont réalisées 2 à 4 biopsies qui seront adressées au laboratoire pour analyse microscopique (colposcope).
  • Cet examen se déroule en une quinzaine de minutes en moyenne.

praticien-realisant-une-colposcopie

A l’issue de la colposcopie, l’examinateur réalise un schéma détaillé où sont notées ses observations. Ceci permettra d’assurer un suivi de l’évolution si des contrôles ultérieurs venaient à être nécessaires. On dispose actuellement d’équipements modernes permettant de gérer numériquement les données d’une colposcopie, avec des niveaux d’observation plus élevés ; Le suivi d’une patiente est ainsi facilité, grâce à des éléments de comparaison évolutifs relevés lors d’examens successifs. Cela offre ainsi un suivi rigoureux et performant du col de chaque patiente.

Quelles sont les suites et complications possibles d’une colposcopie ?

Il peut arriver que des saignements, ou des douleurs semblables à celles des règles surviennent après une colposcopie avec biopsie. Il est conseillé de prévoir une serviette hygiénique. En revanche, l’utilisation de tampons est proscrite 🚨.

Quelques précautions sont à prendre à la suite d’une colposcopie :

  • Éviter de prendre des bains pendant 2 ou 3 jours ⚠️;
  • Éviter tout rapport sexuel pendant 2 ou 3 jours ⚠️.

Les résultats de la biopsie parviendront directement au médecin dans les 7 à 10 jours suivant la colposcopie et feront l’objet d’un nouveau rendez-vous avec la patiente. Le gynécologue envisagera avec la patiente le traitement éventuel et le suivi adéquat.

Quels sont les résultats d’une colposcopie ?

Les résultats d’une colposcopie donnent au gynécologue la trajectoire médicale à suivre, selon qu’il a affaire à des lésions précancéreuses, cancéreuses, ou à des lésions intra-épithéliales bénignes pouvant disparaître d’elles-mêmes.

Les anomalies constatées à l’issue de la colposcopie, s’il y en a, sont classées par degré de gravité :

  • CIN 1 : les anomalies, appelées Néoplasies Cervicales Intra-épithéliales (CIN) sont légères et ne nécessitent que des contrôles réguliers.
  • CIN 2 (lésions modérées) et CIN 3 (lésions sévères) qui vont nécessiter un traitement.
  • Cancer du col de l’utérus : prise en charge par une équipe multi disciplinaire comportant des gynécologues, des oncologues, des radiothérapeutes et des chirurgiens.

En fonction du niveau de gravité des anomalies observées, divers traitements seront en effet possibles.

Quels sont les traitements recommandés à la suite d’une colposcopie ?

Les traitements recommandés à la suite d’une colposcopie dépendent du diagnostic effectué. On peut proposer à la patiente d’exciser les cellules de la muqueuse utérine qui se révèlent pathologiques par :

  • La technique LEEP (électro-résection à l'anse diathermique) : une boucle de fil métallique, chauffée à l’électricité, va agir comme un scalpel et couper la zone du col à retirer.
  • La chirurgie au laser (vaporisation) qui consiste à brûler la zone lésionnelle au laser.
  • La cryothérapie : il s’agit ici de détruire la lésion par le froid.
  • La conisation du col de l’utérus : retrait d’une lésion sévère ou de plusieurs lésions pour éviter qu’elle n’évolue vers un cancer. La zone du col de l’utérus prélevée ayant la forme d’un cône, on a donné à cette intervention chirurgicale le nom de conisation.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en gynécologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens gynécologues au sein des établissements de santé et hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Est-ce que la colposcopie fait mal ?

La colposcopie est un examen indolore. Cependant après l’examen quelques saignements et douleurs semblables à celles des règles peuvent survenir, s’il y a eu une biopsie.

Pourquoi faire une colpscopie après un frottis anormal ?

Une colposcopie peut être pratiquée en cas de frottis cervico-vaginal anormal ou de HPV positif. Elle permet de diagnostiquer des anomalies intra-épithéliales, dites CIN1, CIN2, ou CIN3 ainsi que le cancer du col de l’utérus.

Quel traitement avant une colposcopie ?

Il n’y a pas de traitement particulier si la femme n’est pas ménopausée. L’examen doit simplement être effectué en dehors de la période des règles. Pour les femmes ménopausées, un traitement hormonal à base d’œstrogènes peut s’avérer nécessaire pour améliorer l’accessibilité du canal cervical.

Examens associées à la Gynécologie

Traitements associés à la Gynécologie

Spécialités associées à la Gynécologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements