Endométriose

L’endométriose est une maladie gynécologique qui provoque souvent des douleurs pelviennes chroniques ou des crampes intenses pendant les règles. Pour soigner l’endométriose, des traitements naturels, hormonaux voire de la chirurgie sont prescrits. A noter que deux des principales complications de l’endométriose sont : l’infertilité et le cancer des ovaires.

Trouver un spécialiste en Gynécologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Le ministère des Solidarités et de la Santé a lancé une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose. Il faut dire qu’il y avait urgence : selon les chiffres de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM), 10 % des femmes sont atteintes d’endométriose. Cette maladie gynécologique, enfin reconnue par les institutions, est handicapante par les douleurs qu’elle provoque, mais elle peut aussi engendrer des complications pour les femmes qui en souffrent.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

Le nom médical de la paroi interne de l'utérus est "l'endomètre". Au cours des règles, la muqueuse utérine est éliminée par le vagin. En cas d'endométriose, des fragments d’endomètre se développent ailleurs que dans la paroi interne de l'utérus, ou cavité utérine. Ils peuvent ainsi apparaître sur les ovaires, ou parfois sur les trompes de Fallope, le vagin, le péritoine ou l'intestin.

La plupart des cas d’endométriose sont diagnostiqués quand les femmes font état de douleurs pelviennes ou de crampes intenses pendant leurs règles à leur gynécologue. Endométriose et grossesse sont liées : l’endométriose est souvent diagnostiquée lorsqu’une femme a des problèmes pour tomber enceinte.

Lendométriose est une maladie qui est classée en fonction de sa localisation, de la quantité, de la profondeur et de la taille du tissu endométrial :

  • L’endométriose superficielle (dite aussi endométriose péritonéale) qui se manifeste par le développement de fragments d’endomètre à la surface du péritoine de façon spontanée.
  • L’endométriose ovarienne, caractérisée par la présence d’un kyste endométriosique au niveau de l’ovaire.
  • L’endométriose pelvienne profonde, qui se manifeste par des lésions d’endométriose situées à plus de 5 mm en dessous du péritoine (ligaments utérosacrés, cul-de-sac vaginal postérieur, intestin, vessie)
  • L’endométriose digestive se caractérise par les adhérences de fragments d’endomètre au niveau des intestins, du côlon et du rectum.

La forme de l'endométriose ne reflète pas nécessairement le niveau de douleur ressentie, le risque d'infertilité ou les symptômes présents. Par exemple, une femme souffrant d’une endométriose profonde peut être asymptomatique, tandis qu’une femme atteinte d’une endométriose superficielle peut ressentir d'énormes douleurs abdominales.

Toutes les femmes qui ont leurs règles peuvent être atteintes d'endométriose. L'endométriose se manifeste dans la majorité des cas entre 25 et 40 ans, chez les femmes en âge de procréer, toutefois elle peut également survenir chez des femmes plus jeunes. Cette affection peut persister après la ménopause chez certaines femmes, mais c’est très rare. Le diagnostic de l’endométriose se fait rarement du fait que les douleurs menstruelles sont admises par l’inconscient collectif.

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

Voici les symptômes les plus fréquents de l’endométriose, mais les femmes présentent des signes cliniques différents, et certains cas d’endométriose sont totalement asymptomatiques :

  • Les douleurs de l’endométriose sont caractéristiques : il s’agit notamment de crampes menstruelles intenses ressenties dans l'abdomen et le bas du dos.
  • Des douleurs ressenties lors des rapports sexuels.
  • Un flux menstruel anormal (plus de 7 jours par exemple) et/ou abondant.
  • Une infertilité et la difficulté de tomber enceinte.
  • Des mictions douloureuses pendant la période menstruelle.
  • La difficulté d’aller à la selle lors du cycle menstruel.
  • Des troubles gastro-intestinaux et digestifs, tels que diarrhée, constipation et/ou nausées, qui restent inexpliqués par un trouble du système digestif.

Il est important de souligner que l'intensité de la douleur évoquée par une femme n'est pas nécessairement proportionnelle à la sévérité de la maladie. Certaines femmes souffrant d'endométriose sévère ne ressentent aucune douleur, tandis que d'autres, pourtant atteintes plus légèrement, peuvent souffrir de douleurs intenses ou d'autres symptômes.

Comment diagnostiquer l’endométriose ?

Pour savoir si vous souffrez d’endométriose ou d’une autre pathologie susceptible de provoquer des douleurs pelviennes, votre médecin vous demandera de décrire vos symptômes, notamment la zone où vous avez mal et le moment où les douleurs surviennent.

Il existe plusieurs examens permettant de diagnostiquer l’endométriose :

  • Un examen clinique : votre médecin palpe des zones de votre bassin à la recherche d'anomalies, comme des kystes sur vos organes génitaux ou des cicatrices à l’arrière de votre utérus. Il est souvent difficile de détecter ainsi de petites zones d'endométriose, sauf si elles ont provoqué l’apparition d'un kyste.
  • Une échographie : pour obtenir des images de l'intérieur de votre corps, un dispositif appelé transducteur est pressé contre votre abdomen, ou inséré dans votre vagin (il s’agit alors d’une échographie transvaginale). Une échographie ne permet pas de diagnostiquer avec certitude l'endométriose, mais elle permet de visualiser les kystes associés à l'endométriose (appelés "endométriomes" par les médecins).
  • Un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) : cet examen permet de créer des images précises des organes et des tissus. Dans certains cas, l'IRM est indispensable pour le traitement de l’endométriose, car elle permet de localiser précisément les fragments endométriaux.
  • La cœlioscopie (ou laparoscopie): le chirurgien pratique une minuscule incision au niveau du nombril sous anesthésie générale et insère un laparoscope pour rechercher le tissu endométrial propagé en dehors de l'utérus. Il peut également prélever des tissus pour réaliser une biopsie.

Quel traitement pour l’endométriose ?

L’endométriose peut bénéficier d’un traitement naturel : ainsi, chez de nombreuses femmes, les médecines douces et un mode de vie plus sain grâce à une alimentation équilibrée, des séances de relaxation, la pratique du yoga, des séances d’acupuncture, une prise en charge en ostéopathie, ou en kinésithérapie peuvent permettre d’atténuer les douleurs.

Un traitement hormonal est envisagé quand les symptômes deviennent handicapants. Les femmes doivent alors prendre la pilule sans interruption ou porter un stérilet hormonal, afin de ne plus sécréter d’œstrogène. D’autres femmes peuvent avoir recours à une cure de ménopause artificielle, dans le même objectif.

Le traitement en dernier recours est la chirurgie. Il ne s’agit plus aujourd’hui de pratiquer une hystérectomie, mais de proposer une prise en charge plus douce en supprimant les lésions endométriosiques. Ces opérations chirurgicales sont souvent difficiles à mettre en œuvre. De nouveaux traitements moins invasifs sont aujourd’hui à l’étude.

Quelles sont les complications possibles de l’endométriose ?

Les deux principales complications de l’endométriose sont l’infertilité et un risque accru de développer un cancer des ovaires.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en gynécologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens gynécologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Qu'est-ce qui provoque l'endométriose ?

Les causes de l’endométriose sont encore incertaines. Il s'agit d'une maladie multifactorielle avec notamment des causes hormonales et génétiques.

Quel sont les symptômes de l'endométriose ?

L’endométriose provoque souvent des douleurs pelviennes ou des crampes intenses pendant les règles. Mais chaque femme peut avoir des symptômes différents et cette maladie peut être aussi asymptomatique.

Quelles sont les conséquences de l'endométriose ?

Les conséquences de l’endométriose peuvent être des douleurs, l’infertilité et le cancer des ovaires.

Est-ce que l'endométriose est mortelle ?

L’endométriose n’est pas une maladie grave dans le sens qu’elle n’engage pas le pronostic vital. En revanche, certaines complications peuvent engendrer un cancer des ovaires ou l’infertilité.

Examens associés à la Gynécologie

Traitements associés à la Gynécologie

Spécialités associées à la Gynécologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements