Adénomyose : définition, causes et traitements

L’adénomyose ou endométriose interne est une maladie gynécologique de l’utérus fréquente et souvent bénigne. Il existe plusieurs types d’adénomyose : l’adénomyose diffuse, l’adénomyose focale et l’adénomyose externe. En règle générale l’adénomyose est asymptomatique et lorsque les symptômes apparaissent il s’agit généralement de ménorragies. Les traitements proposés varient en fonction du projet de grossesse ou non de la patiente (traitements médicamenteux, chirurgie).

Trouver un spécialiste en Gynécologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’adénomyose est une maladie gynécologique qui touche l’intérieur de l’utérus. Il s’agit d’une forme particulière d’endométriose, elle est d’ailleurs aussi appelée endométriose interne. C’est une maladie fréquente et généralement bénigne, mais certaines formes d’adénomyose peuvent être accompagnées de symptômes très douloureux ou avoir un impact sur la fertilité de la femme atteinte.

Qu’est-ce que l’adénomyose ?

Lorsque l’on souffre d’adénomyose, ou d’endométriose interne, les cellules de l’endomètre (stroma et glandes endométriales), qui est la muqueuse qui tapisse la cavité utérine (muqueuse utérine), envahissent peu à peu le myomètre, qui est le muscle de la paroi utérine. Cela a pour conséquence d’épaissir cette zone de l’utérus et de créer des hémorragiques. Il existe plusieurs types d’adénomyose. Il peut s’agir d’une adénomyose diffuse, c’est-à-dire que les zones plus épaisses sur le myomètre sont disséminées sur toute la surface du muscle, ou cela peut être une adénomyose focale, avec des zones touchées plus limitées.

adenomyose

Les femmes atteintes d’adénomyose peuvent également souffrir d’endométriose, une maladie gynécologique qui se caractérise par le développement de l’endomètre en dehors de l’utérus, et qui touche les organes à proximité. Ce n’est cependant pas toujours le cas.

Quelles sont les causes de l’adénomyose ?

L’adénomyose est une maladie multifactorielle, c’est-à-dire que plusieurs facteurs peuvent être mis en cause dans l’apparition d’adénomyose chez une femme. Même si aujourd’hui, on ne connaît pas toutes les causes de la maladie, les facteurs de risque de développer une adénomyose sont la survenue précoce des règles, des cycles courts, un index de masse corporelle élevé, la prise de tamoxifen, mais également de facteurs génétiques et épigénétiques.

Quels sont les symptômes de l’adénomyose ?

Dans la majorité des cas, l’adénomyose passe inaperçue. Lorsque les symptômes de l’adénomyose apparaissent, il s’agit généralement de ménorragies, c’est-à-dire de règles très longues, qui durent plus de 7 jours, et très abondantes. Certaines femmes atteintes d’adénomyose souffrent également de dysménorrhées, qui sont des règles douloureuses, avec une intensité parfois très forte, ce qui peut être invalidant. Les métrorragies font aussi partie des symptômes de l’adénomyose. Il s’agit de pertes de sang qui apparaissent en dehors des périodes de règles. Enfin, il est possible de souffrir de douleurs lors de rapports avec des partenaires sexuels, car cela peut faire augmenter la pression sur la zone touchée par l’adénomyose.

adenomyose symptomes

 

Comment diagnostiquer l’adénomyose ?

Si une adénomyose de l’utérus est suspectée lors de la prise en charge, le gynécologue obstétricien peut prescrire plusieurs examens permettant de confirmer le diagnostic. Dans un premier temps, une échographie pelvienne permet de voir si l’utérus a grossi ou changé de forme et si le myomètre semble épaissi. Une IRM pelvienne peut montrer l'extension de l'adénomyose au sien de l'utérus et également d'autres lésions d'endométriose. L’imagerie peut permettre de distinguer l’adénomyose du fibrome utérin. Le médecin peut également prescrire une hystéroscopie, qui permet de visionner l’utérus de l’intérieur avec une caméra, ou une hystérosalpingographie, qui est un examen radiographique, en cas de bilan d’infertilité.

Quels traitements pour l’adénomyose ?

Le traitement de l’adénomyose utérine varie selon le projet de grossesse des patientes atteintes par cette pathologie. Les premiers traitements de l'adénomyose sont les traitements antidouleurs, hormonaux et éventuellement chirurgicaux. Il s’agit d’introduire des petites billes de gel dans les artères utérines pour limiter les pertes de sang. Dans certains cas, on remarque un retour des symptômes dans les 2 ans suivants l’embolisation. Si une grossesse n’est pas envisagée, plusieurs solutions sont alors possibles. Dans un premier temps, un traitement médical peut être proposé avec une contraception adaptée, en prescrivant un progestatif en continu ou un stérilet hormonal par exemple. Il est ensuite possible de bénéficier d’un traitement chirurgical.

L’opération chirurgicale peut permettre à la patiente de conserver son utérus, en cas d'adénomyose focale. Une chirurgie conservatrice, au cas par cas, peut être discutée en fonction de la balance bénéfice risque. Le traitement le plus efficace reste néanmoins l’hystérectomie, qui est l’ablation de l’utérus, car cette opération permet de faire disparaître les saignements et de faire baisser les douleurs de façon significative dans la plupart des cas.

Enfin, il faut savoir qu’en cas d’adénomyose et de ménopause qui approche, le gynécologue obstétricien peut opter pour un traitement médical, pour autant que la qualité de vie soit maintenue, en attendant. L’adénomyose s'atrophie en effet souvent avec l’arrivée de la ménopause.

Quelles sont les complications possibles de l’adénomyose ?

Les complications de l’adénomyose peuvent avoir un impact sur la fertilité de la personne atteinte. Elle peut en effet entraîner une inflammation qui empêche l’embryon de s’implanter dans l’utérus. Le risque de fausse couche est alors plus important que la moyenne. Dans le cadre d’une PMA, Procréation Médicalement Assistée, une IRM est donc généralement faite pour détecter une éventuelle adénomyose et trouver un traitement adapté si besoin.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en gynécologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens gynécologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Est-ce que l'adénomyose se soigne ?

Le traitement médical de l’adénomyose a pour but de contrôler des symptômes et non la maladie au sens anatomique du terme. Le principe du traitement est, comme pour l’endométriose, le blocage de l’ovulation et la suppression des règles, permettant l’atrophie de l’endomètre et la réduction ou la disparition des microhémorragies. Les résultats du traitement médical sont néanmoins très variables, avec des saignements et des douleurs persistant malgré un traitement bien conduit.

Quelles sont les douleurs de l'adénomyose ?

Les douleurs liées à l’adénomyose sont généralement des dysménorrhées (règles douloureuses). Il peut également y avoir des douleurs pendant les rapports sexuels.

Est-ce que l'adénomyose est un cancer ?

L’adénomyose n’est pas un cancer, mais elle peut entrainer l’infertilité.

Quelle différence entre une endométriose et adénomyose ?

L'adénomyose est une affection caractérisée par la prolifération de l'endomètre à l'intérieur du muscle utérin. L'endométriose interne, quant à elle, se caractérise par la prolifération de l'endomètre à l'extérieur de l'utérus.

Quelles sont les conséquences de l'adénomyose ?

Si elle est importante, cette anomalie de l’endomètre entraînerait une réaction inflammatoire qui pourrait empêcher l’implantation de l’embryon. Le risque de fausse couche chez la femme porteuse d’une adénomyose serait multiplié par deux.

Examens associés à la Gynécologie

Traitements associés à la Gynécologie

Spécialités associées à la Gynécologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements

Elsan partage Page