Rhabdomyolyse

La rhabdomyolyse est une maladie caractérisée par la destruction des cellules musculaires, entraînant la libération dans le sang de protéines myoglobine et de créatine kinase. La rhabdomyolyse peut être provoquée par une blessure, une infection, une intoxication, une maladie métabolique ou un effort physique intense et peut entraîner des problèmes aux reins.

Trouver un spécialiste en Urologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Le terme rhabdomyolyse désigne une pathologie affectant le tissu musculaire squelettique. Perte de tonicité musculaire, douleurs musculaires et coloration rouge des urines en sont les principales manifestations. Découvrez ce qu’est la rhabdomyolyse, quels sont ses symptômes, ses causes et ses traitements.

Définition : Qu’est-ce que la rhabdomyolyse ?

La définition de la rhabdomyolyse est une destruction massive des cellules du tissu musculaire. Cette destruction du tissu musculaire squelettique peut être d’origine traumatique (chute, effort physique intense…) ou non traumatique (infections graves, hyperthermie, intoxications médicamenteuses…). Ces cellules musculaires détruites laissent échapper de la myoglobine (protéine proche de l’hémoglobine, qui assure le transfert de l’oxygène aux muscles), laquelle se retrouve dans la circulation sanguine puis dans les urines et leur donne une coloration rouge sombre. Cette maladie peut donner lieu à des complications graves, comme des lésions aux reins aiguës. Elle se rencontre surtout chez les personnes âgées et les personnes qui pratiquent du sport intensif (marathons, trails…)

Quelles sont les causes du syndrome de rhabdomyolyse ?

On distingue deux principales causes à la rhabdomyolyse. Les causes traumatiques et les causes non traumatiques. Les premières englobent la compression d’un membre de façon persistante (membre incarcéré, enseveli, écrasé) ou une chute avec incapacité de se relever. Les secondes concernent les infections sévères (légionellose, paludisme…), les maladies auto-immunes (polymyosite dermatomyosite), les effets secondaires de la consommation de substances toxiques (drogue, alcool…), de la consommation de certains médicaments anti-cholestérol (statines), ou encore de la chute du taux de potassium ou du taux de phosphore dans la formule sanguine.

Comment prévenir la rhabdomyolyse ?

Chez les personnes âgées, elle résulte surtout de traumatismes occasionnés par des chutes sans possibilité de se relever, qui compriment les muscles. Il faut donc veiller à sécuriser l’environnement de ces personnes : retirer les tapis, placer des rampes d’appui et des éclairages suffisants, notamment. Elle se manifeste de même chez les personnes qui pratiquent un sport intensif. Ces dernières doivent donc procéder par paliers (augmenter progressivement l’intensité de l’effort), bien s’hydrater avec de l’eau et éviter les diurétiques, car ils augmentent les risques de déshydratation par diminution du taux de potassium dans le sang. Enfin, les sportifs doivent éviter de pratiquer un effort intense par temps caniculaire.

Quels sont les symptômes d’une rhabdomyolyse ?

Les symptômes de la rhabdomyolyse sont principalement des myalgies (douleurs musculaires localisées essentiellement au niveau des épaules, du dos, des cuisses et des mollets), une faiblesse musculaire et une coloration brun-rougeâtre des urines. Cependant, ces trois symptômes ne sont simultanément présents que dans moins de 10 % des cas.

Comment diagnostiquer une rhabdomyolyse ?

Pour effectuer le diagnostic d'une rhabdomyolyse, le médecin se base sur un examen clinique, l’anamnèse (antécédents médicaux et plainte actuelle du patient) et les symptômes, dans un premier temps. Puis il prescrit un bilan sanguin en cas de suspicion de rhabdomyolyse pour évaluer le taux sérique de créatine kinase (taux de CK), lequel est au moins 5 fois supérieur à la normale, et pour évaluer le taux de la créatine phosphokinase (CPK), marqueur de la souffrance musculaire. Le taux de CPK est élevé dans le cas de la rhabdomyolyse, c’est-à-dire supérieur à 200 unités par litre de sang. Il complète son analyse par des examens urinaires pour mesurer le taux de myoglobine dans les urines.

Quels traitements pour traiter une rhabdomyolyse ?

Les traitements de la rhabdomyolyse dépendent de la cause identifiée. Ils ont pour but d’éviter une évolution vers des complications. D’une manière générale, on distingue :

  • Le traitement de la cause sous-jacente : traitement spécifique à la cause identifiée, comme la suppression de certains médicaments de type statines, le traitement des infections par des antimicrobiens, ou encore le traitement du syndrome des loges par une intervention chirurgicale (fasciotomie pour soulager la pression musculaire et rétablir la circulation sanguine).
  • Le traitement des complications : en cas de lésions rénales aiguës, une hémodialyse peut être nécessaire. En cas de coagulation intravasculaire disséminée (CIVD), c’est-à-dire de la formation de petits caillots à même d’obstruer les petits vaisseaux sanguins, on recourt à du plasma frais congelé.

Quelles sont les complications et conséquences possibles d’une rhabdomyolyse ?

Parmi les conséquences possibles d’une rhabdomyolyse, on trouve le syndrome des loges, complication rare mais grave, car cette complication peut conduire à l’amputation. Cela se produit quand un muscle est comprimé dans sa loge par suite d’un traumatisme (fracture, contusion, bandage ou plâtre trop serré, entraînant un œdème et un hématome qui compressent les muscles et les veines). Autre complication possible de la rhabdomyolyse : une lésion rénale ou une insuffisance rénale aiguë. Cette complication se produit quand un fort relâchement de myoglobine dans le sang (myoglobinurie) conduit à une forte concentration de myoglobine au niveau des reins (tubules rénaux) et donc à leur obstruction, ce qui rend l’élimination de l’urine difficile.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en urologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens urologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

C'est quoi la myalgie ?

La myalgie est une douleur musculaire. Elle peut être provoquée par une activité physique intense, un effort physique soutenu, le stress, le froid ou encore certaines maladies. Elle peut être aiguë ou chronique.

Comment éviter une rhabdomyolyse ?

La rhabdomyolyse peut être évitée en suivant des mesures préventives. Si vous êtes sportif il est important de boire beaucoup d'eau et d'éviter les diurétiques. Si vous êtes âgé il est important de veiller à la sécurité des infrastructures pour éviter les chutes.

Comment détecter une rhabdomyolyse ?

La rhabdomyolyse peut être détectée dans un premier temps par un examen clinique, l'anamnèse. Ensuite c'est via une prise de sang que le diagnostic est établi en mesurant le taux de créatine kinase et le taux de créatine phosphokinase. Cette prise de sang est complétée par la suite par des analyses urinaires pour mesurer le taux de myoglobine dans le sang (myoglobinurie).

Comment guérir une rhabdomyolyse ?

En fonction de la cause de la maladie, plusieurs traitements médicamenteux ou de chirurgie sont mis en place pour traiter la cause de la maladie et ses complications telle que l'insuffisance rénale.

Traitements associés à l'urologie

Examens associés à l'Urologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements