Érysipèle

L'érysipèle est une infection bactérienne de la peau généralement causée par le streptocoque. Découvrez ses origines, symptômes et options de traitement.

Trouver un spécialiste en dermatologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’érysipèle, aussi appelé dermohypodermite aiguë, est une infection de la peau due à une bactérie. Elle se traduit par l’apparition de taches rouges. L’érysipèle sur la jambe est le plus commun. L'érysipèle n'est pas contagieux, mais il s’agit d’une maladie relativement fréquente, qui touche généralement les enfants et les personnes autour de 60 ans.

Définition : qu’est-ce qu’un érysipèle ?

L’érysipèle est une infection bactérienne qui touche l’épiderme. Elle touche plus particulièrement le derme et l’hypoderme, qui est la couche profonde de la peau. L’érysipèle est généralement causé par une bactérie appelée streptocoque, qui va provoquer une inflammation de la peau, visible à travers une rougeur caractéristique. Dans la majorité des cas, l’érysipèle se situe sur la jambe. Il s’agit d’une maladie relativement fréquente, avec plusieurs milliers de nouveaux cas par an en France. L’érysipèle n’est pas mortel, mais il nécessite une prise en charge et un traitement médicamenteux pour éviter d’éventuelles complications.

Erysipèle sur une jambe rouge et enflée.

 

Quelles sont les causes de la maladie érysipèle ?

La principale cause d’érysipèle est le streptocoque. Cette bactérie est naturellement présente sur la peau. En cas d’érysipèle, le streptocoque pénètre dans la peau par une plaie, comme une coupure, ou par une zone endommagée, comme une brûlure ou une mycose. Il atteint les couches profondes de l’épiderme, ce qui déclenche une infection. Dans des cas plus rares, la bactérie en cause peut être un staphylocoque, plus particulièrement chez les enfants. L’apparition et le développement d’un érysipèle peuvent être favorisés par plusieurs facteurs de risque :

  • l’âge, car les personnes les plus touchées sont des enfants ou des personnes de plus de 40 ans ;
  • les problèmes circulatoires, comme des varices ou une insuffisance veineuse ;
  • un système immunitaire affaibli, à cause d’une maladie sous-jacente ou d’un traitement médical ;
  • le diabète ;
  • l’obésité.

Quels sont les signes et symptômes d’un érysipèle sur la jambe, le pied, le bras, la main ou le visage ?

L’érysipèle se manifeste généralement sur les membres inférieurs, mais il peut également apparaître sur le visage dans certains cas. On reconnaît cette infection bactérienne aux symptômes suivants :

  • l’apparition d’une plaque rouge, enflée et chaude au toucher ;
  • une fièvre supérieure à 38 °C, accompagnée de frissons ;
  • des ganglions lymphatiques enflés autour de la zone concernée ;
  • une sensation de forte fatigue et de malaise général.

On note aussi plus rarement l’apparition de cloques sur la plaque rouge causée par l’érysipèle, ainsi que des démangeaisons sur cette portion de peau.

Quel diagnostic pour un érysipèle ?

Le diagnostic d’un érysipèle peut être réalisé par un médecin généraliste ou un dermatologue. Dans un premier temps, le médecin fait un examen clinique. Il observe la zone de peau concernée pour voir si les signes typiques de l’infection, comme une plaque rouge ou des ganglions enflés, sont bien présents. Il pose également des questions au patient sur ses symptômes et sur ses antécédents médicaux.

Dans certains cas, le professionnel de santé peut préconiser des examens complémentaires pour confirmer le diagnostic. Ainsi, un petit prélèvement de la peau infectée peut être réalisé pour une analyse en laboratoire. Une prise de sang peut enfin être prescrite pour évaluer le taux de globules blancs, car cela peut révéler la présente d’une infection bactérienne dans l’organisme.

Prendre rendez-vous en ligne

Quels sont les traitements en cas d’érysipèle : faut-il faire une antibiothérapie ?

S'agissant d'une infection bactérienne, le traitement de l'érysipèle repose généralement sur la prise d’antibiotiques. Dans la majorité des cas, le médecin prescrit des antibiotiques par voie orale, comme de l’amoxicilline. En cas d’allergie, la pristinamycine ou la clindamycine peuvent être prescrites. Il est essentiel de suivre le traitement antibiotique jusqu’à la fin, afin d’être sûr d’éliminer complètement l’érysipèle et de limiter le risque de récidive. En cas d'érysipèle, le temps de guérison et de traitement est habituellement de 8 à 10 jours.

Dans les cas les plus graves, des antibiotiques peuvent être administrés par voie intraveineuse. En parallèle, des médicaments comme du paracétamol ou de l’ibuprofène peuvent être prescrits pour soulager les douleurs liées à l’infection. Enfin, rester au repos et surélever la zone infectée peuvent réduire le gonflement au niveau de la peau.

Quelles sont les complications possibles d’une infection à la bactérie responsable de l'érysipèle ?

Il est important de prendre en charge et de traiter l'infection pour éviter les complications d'un érysipèle. La bactérie responsable de l’infection, qui est souvent un streptocoque, peut en effet se multiplier et continuer à se propager sous la peau. Cela peut former un abcès cutané, avec une accumulation de pus sous la peau. L’infection peut aussi atteindre les reins ou les articulations dans certains cas, voire déclencher une septicémie, qui est une infection généralisée. Enfin, l’érysipèle peut aggraver une maladie préexistante comme un diabète ou une insuffisance cardiaque.

Quels sont les moyens de prévention de l’érysipèle ?

Pour éviter de contracter un érysipèle, il faut mettre en place plusieurs habitudes au quotidien :

  • Assurer une bonne hygiène de la peau, avec un lavage régulier avec de l’eau et du savon, ainsi qu’un bon séchage après le lavage.
  •  Soigner rapidement des lésions cutanées, avec le nettoyage et la désinfection des plaies dès qu’elles apparaissent.
  • Éviter de se couper, de se gratter ou encore de percer des boutons, pour ne pas ouvrir une voie pour une infection bactérienne.
  • Suivre son traitement et avoir un suivi médical régulier en cas de maladie sous-jacente.

Il est enfin recommandé d’avoir une hygiène de vie saine, avec une alimentation équilibrée et une activité physique régulière pour renforcer son système immunitaire, afin que l’organisme puisse plus facilement lutter contre les infections comme l’érysipèle.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en dermatologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les spécialistes dermatologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Vos questions fréquemment posées :

Est-ce que l'érysipèle est dangereux ?

L'érysipèle, bien que généralement traitable avec des antibiotiques, peut être dangereux s'il n'est pas pris en charge rapidement, car il peut se propager et entraîner des complications graves comme une septicémie.

Comment guérir de l'érysipèle ?

L'érysipèle est une infection bactérienne qui affecte la peau et les tissus sous-cutanés. La guérison de l'érysipèle nécessite généralement un traitement antibiotique. Les antibiotiques sont généralement administrés par voie orale, mais pour les cas plus graves, un traitement intraveineux peut être nécessaire.

Comment se transmet l'érysipèle et est-il contagieux ou pas ?

L’érysipèle est une infection bactérienne de la peau non contagieuse causée par le streptocoque. Elle se transmet par le biais d'une plaie sur la peau.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

4 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

140

établissements