Tachycardie

La tachycardie est une augmentation anormale du rythme cardiaque. Elle se caractérise par une fréquence cardiaque supérieure à 100 battements par minute. Elle peut être occasionnelle ou chronique, et peut avoir de nombreuses causes, notamment une maladie cardiaque, la consommation de certains médicaments, ou un stress excessif. Le traitement de la tachycardie dépend donc de sa cause sous-jacente.

Trouver un spécialiste en Cardiologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La tachycardie est une augmentation des battements cardiaques, au-delà de 100 battements par minute. La tachycardie est liée à un emballement du cœur, qui bat plus vite que la normale. Cet emballement peut être dû aux émotions, à un effort physique, à la prise de certains médicaments, et généralement, dans ces cas, les crises de tachycardie cessent avec l’arrêt de la cause. Parfois, la tachycardie peut être liée à une affection cardiaque plus sévère. La tachycardie peut aussi accompagner un rythme cardiaque non synchrone, une prise en charge médicale est alors le plus souvent indispensable.

Définition : qu’est-ce que la tachycardie (augmentation du rythme cardiaque) ?

La tachycardie est une augmentation du rythme cardiaque. Le terme vient du grec "takhus" qui signifie rapide, et "kardia" qui signifie cœur. Généralement, la tachycardie désigne un rythme cardiaque au-delà de 100 battements par minute. (Le rythme cardiaque normal se situe entre 60 et 80 battements par minute.) On distingue deux grands types de tachycardies, les tachycardies sans troubles du rythme, généralement bénignes, et les tachycardies associées à des arythmies. La tachycardie peut être provoquée par différentes causes, comme un stress, un exercice physique, mais peut également être le symptôme d’une affection cardiaque. Suivant qu’elle touche les atriums (oreillettes) ou ventricules, on parle de tachycardie atriale ou ventriculaire. Les tachycardies dites atriales donnent généralement des battements très rapides et réguliers, mais peuvent être liées à une insuffisance cardiaque ; les tachycardies ventriculaires sont toujours sérieuses. On parle de tachycardies supra-ventriculaires quand elles ne concernent pas les ventricules.

Tachycardie

 

Quelles sont les différentes formes de tachycardie ?

Tachycardie sinusale

Le plus souvent, la tachycardie sinusale est liée à un effort physique, à une émotion forte, à la fièvre, à la prise d’un médicament ou encore à une déshydratation. La tachycardie sinusale cesse quand tout rentre dans l’ordre. Dans de rares cas plus graves, la tachycardie sinusale peut être liée à une insuffisance cardiaque ou respiratoire. Elle se traduit par des décharges rapides au niveau des nœuds du cœur. La tachycardie sinusale peut être définie non pas comme un symptôme d’une affection, mais comme une adaptation transitoire du système cardiaque à un besoin métabolique important ou à une situation qui nécessite un apport de sang au niveau du corps. Dans la tachycardie sinusale, il n’y a pas de troubles du rythme associés.

  

Tachycardie et arythmie

Quand le cœur s’emballe et que les contractions ne sont pas régulières, on parle d’arythmie. Parmi les arythmies pouvant générer une tachycardie, on retrouve la fibrillation auriculaire, dans laquelle on retrouve une conduction irrégulière et le plus souvent rapide au niveau des oreillettes, et la fibrillation ventriculaire, dans laquelle les ventricules se contractent rapidement et de façon asynchrone. Lors de la fibrillation ventriculaire, le cœur perd toute son efficacité et généralement différents symptômes apparaissent. La fibrillation ventriculaire est une urgence vitale.

 

Tachycardie de Bouveret ou jonctionnelle

La tachycardie de Bouveret désigne une affection dans laquelle le rythme cardiaque s’emballe brusquement et peut atteindre parfois jusqu’à 200 battements par minute. La maladie se caractérise par des crises de quelques minutes ou quelques heures, pendant lesquelles le rythme cardiaque est très rapide. Assez fréquent et très généralement bénin, cet emballement du rythme cardiaque est dû à l’existence de ce que l’on appelle une réentrée intranodale (sorte de petit court-circuit au niveau de la conduction électrique du cœur).

  

Tachycardie ventriculaire

La tachycardie ventriculaire est un trouble du rythme cardiaque sérieux. Elle se définit comme une succession d’extrasystoles ventriculaires. Dans la grande majorité des cas, la tachycardie ventriculaire est liée à l’existence d’une affection cardiaque (insuffisance coronarienne, myocardiopathie, anévrisme du ventricule gauche). La tachycardie ventriculaire s’accompagne toujours d’autres signes, comme une perte de connaissance. La tachycardie ventriculaire est une affection sérieuse qui doit être prise en charge rapidement, car elle peut aboutir à une fibrillation ventriculaire qui représente une urgence médicale.

  

Quels sont les causes et facteurs de risques de la tachycardie ?

Les causes d’une tachycardie sont variées. Tout d’abord, les tachycardies avec un rythme synchrone sont souvent liées au stress, aux émotions, à la prise de certains excitants, à la prise de certains médicaments ou à de la fièvre. Les personnes très anxieuses sont plus sujettes à la tachycardie. Certaines tachycardies, notamment les tachycardies asynchrones, sont liées souvent à des pathologies cardiaques, comme des cicatrices d’infarctus, des maladies cardiaques congénitales ou encore des myocardites. Dans les tachycardies jonctionnelles, l’augmentation du rythme cardiaque est due à l’existence de voies de conduction qui font court-circuit.

  

Certains facteurs peuvent favoriser l’apparition d’une tachycardie, comme la prise d’excitants (caféine, nicotine, alcool), une hypertension artérielle ou encore l’âge qui augmente.

Quels sont les symptômes d'une crise de tachycardie ?

La tachycardie peut se manifester sous forme de palpitations qui peuvent être gênantes et anxiogènes. Certaines tachycardies peuvent provoquer des symptômes variés, comme des nausées, des vertiges, une perte de connaissance, de la fatigue ou de l’anxiété. Certaines tachycardies peuvent également provoquer des essoufflements.

Comment diagnostiquer la tachycardie ?

L’examen de référence est l’électrocardiogramme ou ECG. Il s’agit d’un examen indolore qui permet d’enregistrer les activités électriques du cœur et de détecter les éventuelles arythmies. Cependant, un accès de tachycardie n’est pas forcément observable pendant la consultation. L’interrogatoire du patient est également important pour connaître les circonstances de survenue des symptômes. L’ECG peut être réalisé pendant 24 heures, grâce à un appareil portatif qui enregistre l’activité du cœur, ce type d’examen est appelé Holter. Des examens complémentaires, comme une épreuve d’effort (électrocardiogramme réalisé pendant un exercice physique) ou des examens d’imagerie (scintigraphie, IRM, scanner) peuvent être également prescrits. Dans des cas précis, une exploration physiologique (examen invasif nécessitant une anesthésie) peut être réalisée.

Quels traitements pour la tachycardie ?

Les traitements de la tachycardie dépendent de la cause. Dans le cas des tachycardies jonctionnelles, une intervention chirurgicale peut permettre une ablation des voies parasites. Il s’agit d’un traitement curatif.

Parfois, un traitement médicamenteux s’impose, comme la prise des bêtabloquants, d’antiarythmiques ou d’inhibiteurs calciques. Ces traitements permettent de traiter les crises et d’éviter les récidives. Parfois, un autre traitement peut être mis en place, comme la prise d’anticoagulants, notamment si la tachycardie est liée à une fibrillation atriale (il y a alors un risque de formation de caillots). Des traitements plus importants, comme des traitements chirurgicaux, peuvent également être prescrits.

En cas de fibrillation ventriculaire, la cardioversion électrique (ou choc électrique externe réalisé grâce à un défibrillateur) est le seul traitement dans les cas d’urgences. Un traitement similaire, mais programmé à l’hôpital peut être proposé pour des tachycardies arythmiques ne cédant pas aux médicaments.

Pour les personnes atteintes de graves troubles du rythme cardiaque, un défibrillateur automatique implantable peut être posé, il permet de détecter une anomalie et de délivrer automatiquement des décharges électriques permettant de resynchroniser l’activité du cœur.

 

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en cardiologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins cardiologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Est-ce que la tachycardie est grave ?

La tachycardie peut être grave si elle est liée à une maladie cardiaque. C'est le cas de tachycardie ventriculaire.

Comment faire pour calmer une tachycardie ?

En cas de tachycardie, asseyez vous et respirez lentement. Contrôlez ensuite votre pouls. Si votre rythme cardiaque ne diminue pas, consultez votre médecin.

Est-ce que la tachycardie se soigne ?

La tachycardie peut être traitée, mais il est important de comprendre la cause sous-jacente avant de choisir un traitement. On peut avoir recours à de la chirurgie tout comme à des traitements médicamenteux.

Qu'est-ce qui peut provoquer une tachycardie ?

La tachycardie peut être provoquée par de nombreux facteurs, notamment le stress, l'anxiété, la caféine, certains médicaments et certaines maladies cardiaques.

Traitements associés à la Cardiologie

Examens associés à la Cardiologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements