Apnée du sommeil

Le syndrome de l’apnée du sommeil est une maladie caractérisée par des pauses répétées de la respiration pendant le sommeil (de 10 à 30 secondes au moins 5 fois par heure). Cette maladie est liée à un affaissement du pharynx et une obstruction des voies respiratoires. Non traitée elle peut engendrer des problèmes cardiaques.

Trouver un médecin généraliste à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’apnée du sommeil est caractérisée par l’apparition de pauses respiratoires pendant le sommeil. Les personnes atteintes ont un sommeil de faible qualité, ronflent fortement, et sont touchées par une grande fatigue dans la journée. L’apnée du sommeil est liée à un affaissement du pharynx et une obstruction des voies respiratoires, qui empêchent l’air de circuler normalement. Il existe différents niveaux d’apnée du sommeil, et une solution thérapeutique pour chaque type d’apnée.

Définition : Qu’est-ce que le syndrome de l’apnée du sommeil ?

L’apnée du sommeil est une pathologie fréquente, touchant préférentiellement les hommes. Elle est définie par des pauses respiratoires pendant le sommeil (de 10 à 30 secondes au moins 5 fois par heure), associées à une altération du sommeil et à une somnolence et une fatigue diurne. On classe les apnées du sommeil généralement en trois stades, allant de l’apnée du sommeil légère à l’apnée du sommeil sévère.

Apnée du sommeil

 

Quels sont les causes et facteurs de risques de l’apnée du sommeil ?

En premier lieu, le premier facteur de risques de l’apnée du sommeil est l’âge. On estime que 30 % des plus de 65 ans sont touchés par l’apnée du sommeil. En effet, avec l’âge, les muscles du pharynx perdent en tonicité, et l’ouverture des voies respiratoires la nuit se fait moins facilement. Les hommes sont également plus touchés : on estime que 4% des hommes et 2 % des femmes sont touchés par cette affection. L’apnée du sommeil est également très souvent associée à d’autres pathologies comme le diabète ou le syndrome métabolique. Dans certains cas, il y a une prédisposition familiale. Chez l’enfant, la présence de grosses amygdales ou végétations peut expliquer une apnée du sommeil. La forme de la mâchoire peut également constituer un facteur de risque : les petites mâchoires ou les mâchoires ayant tendance à avancer sont plus touchées par l’apnée du sommeil.

Quels sont les symptômes et conséquences de l’apnée du sommeil ?

En cas d’apnée du sommeil, le sommeil est de mauvaise qualité, et cela peut se répercuter sur la vie de tous les jours. Le sommeil est souvent agité et non réparateur. Le premier symptôme est une grande fatigue et une somnolence dans la journée, ce qui peut constituer un danger en voiture ou au travail. Les personnes touchées par l’apnée du sommeil peuvent s’endormir pendant la journée, sont souvent irritables et ont une baisse de concentration. La libido peut également fortement diminuer.

Quel diagnostic et test mesure l'apnée du sommeil ?

Plusieurs examens permettent de diagnostiquer une apnée du sommeil. Le patient étant hospitalisé pendant une nuit, son sommeil est étudié pendant au moins 6 heures. Tout d’abord, une polygraphie ventilatoire nocturne permet d’enregistrer via un capteur nasal les variations de pression au niveau des voies respiratoires. Une ceinture abdominale et un oxymètre permettent d’étudier l’oxygénation de l’organisme. Pour étudier une apnée du sommeil plus sévère, on peut procéder à un électroencéphalogramme, un électromyogramme ainsi qu’un électrocardiogramme. Le test Stop Bang permet rapidement en 10 questions d’évaluer le risque de souffrir d’une apnée du sommeil.

Quels traitements ou appareils pour l’apnée du sommeil : habitudes et machine utilisée ?

Le traitement de l’apnée du sommeil dépend d’une part de la sévérité de l’affection, et d’autre part du profil du patient. Pour les apnées légères, un suivi hygiéno-diététique permet dans une bonne majorité des cas d’améliorer l’affection : perte de poids, reprise de l’activité sportive, arrêt du tabac, arrêt de la prise d’alcool avant de se coucher, ou encore arrêt des somnifères. Si l’apnée du sommeil ne se déclenche que lorsque la personne se trouve sur le dos, des dispositifs pour éviter de dormir sur le dos s’avéreront efficaces. Des prothèses mandibulaires (gouttières) peuvent également être prescrites pour empêcher la mâchoire d’avancer. Une prise en charge chirurgicale est discutée au cas par cas pour les personnes souffrant d’amygdales hypertrophiées.

En cas d’apnée du sommeil sévère, le traitement de référence est un traitement par pression positive (ou CPAP pour Continuous Positive Airway Pressure). Il s’agit d’un appareil permettant d’insuffler via un masque de l’air au niveau de la bouche et du nez pour s’opposer à la fermeture des voies aériennes. Pour certains patients, la pose d’un stimulateur du nerf hypoglosse est parfois envisagée. Il s’agit d’un dispositif constitué d’un boîtier et d’une sonde permettant d’activer les muscles dilatateurs du pharynx.

Comment évolue l’apnée du sommeil?

Non traitée, l’apnée du sommeil peut constituer un facteur de risque important de maladies cardiovasculaires comme l’hypertension artérielle ou d’autres maladies cardiaques (infarctus du myocarde). En effet, une pause respiratoire de 10 secondes provoque une chute d’oxygénation du corps, et la pression intra-thoracique est modifiée, forçant le cœur à augmenter son travail. Il est donc important de consulter son médecin traitant ou un spécialiste de l’apnée du sommeil en cas de grande fatigue et de somnolence associées à des ronflements importants. Il ne faut pas hésiter à se rapprocher d’associations de patients pour obtenir plus d’informations et de soutien.



Cet article médical a été relu et validé par un médecin généraliste au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins spécialistes du sommeil au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Quand consulter pour l'apnée du sommeil : suis-je atteint d'apnée du sommeil sévère ?

Si vous soupçonnez que vous souffrez d’apnée du sommeil, il est important de consulter un médecin pour faire diagnostiquer le type d'apnée et déterminer le traitement approprié pour éviter tour risque cardiaque à long terme.

Quels sont les signes de l'apnée du sommeil ?

Les signes d'une apnée du sommeil sont une grande fatigue liée au manque de sommeil et au manque d'oxygénation du cerveau, et potentiellement une perte de libido. A long terme cela peut conduire à un accident vasculaire cérébral.

Est-ce dangereux de faire de l'apnée du sommeil ?

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil caractérisé par des pauses répétées de la respiration pendant le sommeil. Cette maladie peut engendrer une grande fatigue. Une apnée du sommeil sévère peut être dangereuse et entraîner des problèmes cardio vasculaires si elle n'est pas soignée.

Comment savoir si on fait apnée du sommeil ?

Pour diagnostiquer l'apnée du sommeil différents examens peuvent être mis en place : il est possible d'enregistrer la respiration pour trouver les causes de la maladie et aussi en cas d'apnée du sommeil plus sévère d'utiliser un électroencéphalogramme, un électromyogramme ainsi qu’un électrocardiogramme.

Que faire contre le syndrome d'apnée du sommeil ?

La première choses à faire pour lutter contre le syndrome d'apnée est d'avoir un mode de vie sain : limiter sa consommation d'alcool, le tabac et les médicaments. En cas d'apnée du sommeil sévère le traitement de référence est un traitement par pression positive.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements