Lèpre

La lèpre est une maladie infectieuse causée dans 98% des cas par le bacille de Hansen. Elle se transmet par contact direct avec une personne atteinte de la maladie ou par contact avec des objets contaminés. La lèpre peut provoquer des lésions cutanées et nerveuses, ce qui peut entraîner une perte de sensibilité et de mobilité. La lèpre est une maladie grave, mais elle peut être traitée avec succès si elle est diagnostiquée et traitée au bon moment.

Trouver un médecin généraliste à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La lèpre est une maladie ancienne, mais toujours d’actualité, car présente dans plusieurs pays du monde. Quand elle est décelée à un stade précoce, le patient guérit normalement, sans souffrir des effets secondaires multiples qui lui sont associés. Des traitements efficaces existent aujourd’hui pour soigner les personnes atteintes de la lèpre.

Définition : qu’est-ce que la lèpre et la bacille de Hansen ?

La lèpre est une affection chronique dont l’agent pathogène est une bactérie : principalement Mycobacterium leprae, aussi connue sous l’appellation de bacille de Hansen. C’est une bactérie sous la forme d’un bâtonnet en général. Les zones principales touchées par cette maladie sont la peau, les nerfs périphériques, les muqueuses, les yeux.

 

La lèpre se décline en deux pôles : l’un tuberculoïde, c’est la forme TT ou paucibacillaire, et l’autre lépromateuse, c’est la forme LL ou multibacillaire. Il existe des formes intermédiaires dites instables pouvant au cours d’une vie basculer vers l’une ou l’autre de ces formes, dont BB, BL, BT.

 

La forme prise par l’agent pathogène dans l’organisme dépend de son évolution chez le patient. La réaction est fonction de la barrière immunologique de ce dernier : parfois, elle s’arrête à la forme TT ; dans d’autres cas, elle atteint les formes borderline, et peut progresser jusqu’au pôle lépromateux.

Quelles sont les causes de la maladie de la lèpre chez l'humain ?

La principale cause de la lèpre est d’origine bactérienne. Il s’agit à environ 95 % du bacille de Hansen. Cependant, les personnes en contact avec ce bacille ne développeront pas toutes cette maladie. Ainsi, des facteurs comme la prédisposition génétique peuvent expliquer la progression de la maladie au stade LL.

 

La réaction du système immunitaire du patient scellera la forme finale de l’affection. En effet, l’immunité lymphocytaire T a pour mission de détruire les cellules infectées. Un patient présentant une déficience à ce niveau développera la forme virulente de la maladie, c’est-à-dire LL.

Quel est le mode de transmission de la lèpre ?

La transmission de la lèpre se fait généralement par voie aérienne. La voie cutanée est aussi un moyen de propagation du bacille de Hansen :

  • salive : si une personne infectée ne fait l’objet d’aucun traitement, alors les gouttelettes buccales qu’elle émet, propagées dans l’air, peuvent transmettre la maladie à une personne à proximité ;
  • sécrétions nasales : les gouttelettes nasales répandues dans l’atmosphère sont vectrices de transmission ;
  • transmission par la peau ou cutanée : il peut s’agir d’un contact étroit avec une personne malade ;
  • par les animaux : au cours des recherches sur la lèpre dans l’histoire, il s’est avéré que la transmission peut aussi se faire des animaux aux humains, par exemple avec les tatous. 

Bon à savoir : le fait d’utiliser un objet infecté tel qu’une serviette n’est pas sans risque. En effet, c’est un vrai nid à bactéries. Même si en pratique, c’est le contact entre humains qui est objet de transmission.

Quels sont les symptômes d'un lépreux ?

Les symptômes varient entre le stade précoce et le stade avancé de la maladie :

  • la période d’incubation du bacille de Hansen est longue. Une personne atteinte par la maladie peut la développer dans un laps de temps de 2 à 20 ans. Elle demeure pour autant contagieuse ;
  • au stade précoce apparaissent des lésions cutanées et nerveuses avec des taches sur le corps, suivies de plaques, et des nodules sur la peau comme sur les muqueuses ;
  • au stade avancé, suite à des œdèmes, des plaies et suppurations peuvent apparaître. Quand les nerfs périphériques sont atteints, le patient peut développer d’autres troubles comme l’impossibilité de ressentir le chaud, le froid ; il peut aussi avoir des difficultés à dialoguer. 

Le saviez-vous ? Pris en charge tôt, le patient peut éviter les atteintes graves de la peau ou les lésions nerveuses responsables d’infirmités permanentes provoquées par la maladie. 

Quel diagnostic pour la lèpre ?

Le diagnostic de la lèpre peut se faire à travers divers examens cliniques comme paracliniques, par exemple en laboratoire :

  • un examen bactériologique est effectué après prélèvement cutané (visage, muqueuse nasale, lobe de l’oreille, etc.), à des fins d’analyse ;
  • après grattage ou écouvillonnage nasal, on pratique une PCR pour déterminer la présence du bacille de Hansen chez le patient ;
  • le test de sérologie ou la recherche d’anticorps antiglycolipide phénolique PGL-1 est moins utilisé en pratique ; 
  • la biopsie nerveuse, biopsie cutanée, permet de déterminer la forme de la maladie.

En fonction de la forme de la lèpre, celle-ci sera particulièrement contagieuse ou non. La forme TT n’est pas contagieuse. Ici, le patient est atteint de la lèpre tuberculoïde. En revanche, la forme LL, quand elle est non traitée, est contagieuse. Le patient souffre alors de la lèpre lépromateuse.

Quels traitements ou vaccin contre la lèpre ?

Contrairement à certaines affections nécessitant la vaccination, il n’y a ni vaccin contre la lèpre ni traitement préventif de cette maladie. Seuls des médicaments sont administrés à la personne infectée, pendant une durée plus ou moins longue.

 

Le patient devra subir un traitement à base d’antibiotiques. L’OMS recommande la polychimiothérapie ou PCT à base de dapsone, rifampicine, clofazimine. L’association de ces médicaments est fonction de la forme de la lèpre. 

Un traitement suivi par le patient va lui permettre de ne pas transmettre la maladie. Il devient non contagieux 3 jours après la première administration de rifampicine, censée diminuer de 99 %, voire plus, les bacilles. Toutefois, au stade avancé, les difformités du patient sont irréversibles. D’où l’importance du facteur temporel et d’une prise en charge précoce.

 

Bon à savoir : la vaccination contre le BCG, qui concerne la tuberculose, peut réduire sensiblement le risque de développer la lèpre.

 

La lèpre, en tant qu’affection peu contagieuse, peut se guérir facilement quand le patient est pris en charge tôt. Touchant tout le monde, enfants comme adultes, cette maladie endémique peut laisser de graves séquelles en l’absence de traitement.



Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en médecine générale au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins généralistes au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Est-ce que la lèpre existe encore ?

La lèpre existe encore dans le monde, mais elle est très rare en Europe.

Comment on peut attraper la lèpre ?

La lèpre est une maladie infectieuse et contagieuse qui se transmet par contact direct avec la peau ou les muqueuses d’une personne atteinte de lèpre. On peut également être contaminé par les animaux.

Comment diagnostiquer la lèpre ?

Le diagnostic de la lèpre se fait en premier lieu par l'observation des symptômes cliniques. Vient ensuite d'autres examens comme : un examen bactériologique, une PCR, un test de sérologie et une biopsie nerveuse.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements