Hypotension

L’hypotension est une pression artérielle anormalement basse : en dessous de 90 mmHg de pression systolique et de 60 mmHg de pression diastolique, Les causes de cette pathologie sont multiples : déshydratation, consommation de médicaments, etc. Les traitements sont donc adaptés en fonction de la cause sous-jacente.

Trouver un médecin généraliste à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

L’hypotension artérielle, si elle n’est pas une maladie, peut devenir rapidement invalidante. Elle peut être d’origines diverses, et s’accompagner de nombreux symptômes. Qu’est-ce qu’une hypotension ? Pourquoi en souffre-t-on ? Nous vous proposons de comprendre les mécanismes de l’hypotension : ses symptômes, son diagnostic et sa prise en charge.

Définition : qu’est-ce que l’hypotension ?

L’hypotension artérielle se définit par une tension artérielle basse. La tension artérielle, nommée également pression sanguine, est la pression exercée par le sang sur les artères lorsqu’il circule dans le corps. Elle est exprimée en millimètres de mercure (mmHg).

La tension est composée de 2 valeurs :

  • celle de la pression systolique, qui correspond à la pression du sang éjecté par le cœur vers le système circulatoire. C’est la pression maximale lors de la contraction du muscle cardiaque. Elle se situe entre 90 et 130 mmHg.
  • celle de la pression diastolique, qui correspond à la pression sur les artères au moment où le cœur se remplit de sang. C’est la pression minimale quand le muscle cardiaque est au repos. Elle se situe entre 60 et 90 mmHg. 

Sous le seuil de 90 mmHg de pression systolique et 60 mmHg de pression diastolique, vous êtes en hypotension. Si l’hypotension n’est pas une maladie, et n’est pas mortelle, elle peut largement dégrader la qualité de vie, et être le symptôme d’une pathologie. Elle n’est pas spécifique à une tranche d’âge.

 

Hypotension orthostatique

L’hypotension orthostatique est une diminution de la pression artérielle au moment du passage de la position allongée ou assise, à la position debout.

 

La tension présente une anomalie d’adaptation, créant une diminution de la pression systolique d’au moins 20 mmHg et/ou de la pression diastolique d’au moins 10 mmHg. L’hypotension orthostatique persiste pendant plusieurs minutes après le changement de position.

 

Hypotension postprandiale

L’hypotension postprandiale se caractérise par une diminution de la tension artérielle dans les 2 heures qui suivent le début du repas. Étourdissements, nausées, pertes de connaissance, voire chutes, les symptômes de l’hypotension orthostatique disparaissent généralement entre 15 min et 2 heures.

 

Hypotension intracrânienne

Pour comprendre l’hypotension intracrânienne, il s’agit de comprendre comment est constituée la boîte crânienne. Le cerveau baigne dans un liquide protecteur : le liquide céphalo-rachidien ou LCR. Ce liquide empêche le cerveau de cogner sur la boîte crânienne lors des mouvements de la tête. Une enveloppe constituée de méninges entoure le cerveau. L’hypotension intracrânienne est causée par une fuite de LCR, diminuant ainsi la pression dans la boîte crânienne. Sans la protection du LCR, le cerveau est plus sensible aux changements de position. Des céphalées apparaissent, symptômes de l’hypotension intracrânienne. Le mal de tête est le plus souvent pire en position assise ou debout. Dans cette position, le cerveau subit davantage la gravité et est tiré par le bas. Ce sont des céphalées posturales. La céphalée est calmée rapidement par la position couchée. Des douleurs irradiant vers le cou et les épaules sont également parfois décrites. Le mal de tête est accompagné de nausées, de vomissements, et d’une hypersensibilité aux sons et à la lumière.

 

Quelles sont les causes d'une tension basse ?

Les causes les plus courantes de l’hypotension sont :

  • la déshydratation avec de la fièvre ou non ;
  • la prise de certains médicaments : les antihypertenseurs, les traitements de la dysfonction érectile, les antidépresseurs, les anxiolytiques, les neuroleptiques, les diurétiques et autres médicaments pour traiter l’insuffisance cardiaque ;
  • la consommation importante de cannabis ou d’alcool ;
  • une immobilisation prolongée, une diminution physique ou une perte de poids ;
  • un trouble cardiaque ou des vaisseaux sanguins : infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque… ;
  • le diabète, qui endommage le système nerveux ;
  • une maladie du système nerveux : maladie de Parkinson, sclérose en plaques, syndrome de Guillain-Barré, etc. ;
  • les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et d’autres maladies dégénératives touchant le système nerveux autonome ;
  • une insuffisance de la glande surrénale. 

Quels sont les signes et symptômes de l’hypotension ?

L’hypotension peut être correctement supportée. Elle devient un problème de santé lorsqu’elle s’accompagne de symptômes pouvant être difficiles à gérer dans la vie quotidienne :

  • faiblesse ;
  • nausées ;
  • étourdissements ;
  • vertiges ;
  • perte de connaissance ;
  • bouffées de chaleur ;
  • maux de tête ;
  • confusion ;
  • problèmes visuels ou auditifs. 

L’hypotension artérielle sévère nécessite une attention médicale immédiate.

Comment diagnostiquer l’hypotension artérielle ?

L’hypotension artérielle est diagnostiquée par le médecin lors d’un examen médical. Le patient doit s’allonger quelques minutes avant que le médecin prenne la tension artérielle. En effet, celle-ci doit être mesurée au repos. Le médecin relève donc les deux chiffres de la pression systolique et diastolique. L’hypotension est diagnostiquée quand la pression artérielle est inférieure à 90/60 mmHg. Si la tension artérielle en position allongée est correcte, elle sera ensuite prise après un changement de position : passage de la position couchée à debout, par exemple. Avec cette manœuvre, le médecin recherche une hypotension orthostatique. Si une hypotension artérielle est effectivement diagnostiquée, plusieurs examens médicaux peuvent être prescrits pour comprendre son origine. Il est possible de faire des analyses de sang, un bilan cardiaque avec un test d’effort, une échographie du cœur, un électrocardiogramme, mais également des examens endocriniens.

Hypotension

 

Comment soigner l’hypotension : quels traitements et médicaments ?

Le traitement de l’hypotension dépend de la cause de celle-ci. Prise de médicaments, pathologie, chirurgie en cas de traumatisme crânien… Si l’hypotension est associée à la prise d’un médicament, l’arrêt ou la réduction du traitement sous contrôle médical est conseillé. Dans le cas d’une hypotension orthostatique impactant négativement la qualité de vie, et que les symptômes ne s’atténuent pas malgré des mesures de précaution prises, des traitements peuvent être prescrits. Ceux-ci agissent sur le système nerveux, ou sur le volume sanguin pour l’augmenter.Les traitements qui ralentissent la vidange de l’estomac aident à diminuer l’hypotension postprandiale, notamment chez les personnes souffrant de diabète.Il est indispensable qu’une surveillance étroite soit mise en place avec un médecin pour éviter une hausse brutale de la pression artérielle.

 

En parallèle des traitements éventuellement prescrits, quelques précautions sont à prendre lorsqu’on souffre d’hypotension. Dès le début de la "crise", il faut s’asseoir immédiatement et relever ses jambes. Cette position améliore le débit sanguin vers les organes principaux, tels que le cerveau et le cœur. Cela permet d’éviter la perte de connaissance. Le port de bas de contention aide le sang à rejoindre le cœur, aidant ainsi à une régulation de la pression artérielle.

 

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en médecine générale au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins généralistes au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Comment faire remonter la tension trop basse ?

Il existe plusieurs moyens pour faire remonter la tension trop basse, notamment en prenant des médicaments, en surélevant ces jambes, ou en portant des bas de contention.

Qu'est-ce qui provoque une hypotension ?

La pression artérielle peut chuter si les vaisseaux sanguins se dilatent trop, si le cœur ne pompe pas assez de sang ou si la quantité de sang dans le corps est réduite. Les causes de l'hypotension sont multiples : déshydratation, prise de certains médicaments, consommation de cannabis, etc.

Quand l'hypotension est-elle dangereuse ?

L’hypotension est dangereuse si elle est accompagnée de symptômes tels que des vertiges, des étourdissements, des évanouissements ou une sensation de faiblesse. Ces symptômes peuvent indiquer une diminution du flux sanguin vers le cerveau et peuvent entraîner des chutes, des accidents et des blessures.

Quelles sont les signes de l'hypotension ?

La pression artérielle basse peut provoquer de multiples symptômes comme : des étourdissements, des vertiges ou des évanouissements.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements