Kyste pilonidal

Le kyste pilonidal est une affection bénigne caractérisée par la formation d'un kyste (ou abcès) au niveau du pilonidal, c'est-à-dire au niveau du sillon inter-fessier. Le kyste pilonidal est une pathologie fréquente chez les hommes, et qui peut être très invalidante. Cependant, plusieurs traitements existent pour soulager la douleur et la gêne que peuvent occasionner cette pathologie.

Trouver un médecin généraliste à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Le kyste pilonidal touche en moyenne plus les hommes que les femmes, en raison d’une pilosité importante. Même si, en pratique, tout le monde peut être sujet à cette affection bénigne : enfants, adolescents, adultes, car les causes sont diverses. Des traitements existent pour soulager la douleur ou se débarrasser du kyste.

Définition : qu’est-ce qu’un kyste pilonidal ou sinus pilonidal ?

Le kyste pilonidal ou sinus pilonidal forme une cavité sous la peau. Il est caractérisé par l’apparition d’une masse anormale ou nodule au niveau du sillon interfessier, c’est-à-dire l’espace qui sépare les deux fesses, et prend racine au niveau des poils. Il est à l’origine d’une réaction inflammatoire de la zone sujette au kyste. Dans certaines situations, il peut y avoir du pus. En cas d’infection, la zone atteinte se durcit et gonfle.

De nature bénigne, le kyste pilonidal peut néanmoins se présenter sous des formes plus complexes :aiguë et chronique.

  • Dans sa phase aiguë, le kyste pilonidal est caractérisé par une tuméfaction douloureuse au niveau du sillon interfessier.·
  • Dans sa forme chronique, le kyste pilonidal s’identifie par une sécrétion purulente ou séro-purulente à l’origine de sensation de gêne et souvent de douleurs. Cela nécessite une intervention chirurgicale en cas d’écoulement quasi quotidien de l’orifice cutané. 

Kyste pilonidal

 

Quels sont les symptômes d’un kyste pilonidal chez l'homme ou la femme ?

Les symptômes d’un kyste pilonidal (sacro-coccygien) sont les suivants :

  • en cas de nodule formé sous la peau, le kyste pilonidal peut être identifié par la présence de plusieurs fistules ou orifices dans la région du sillon interfessier ;
  • toujours en cas de nodule sous la peau, la peau se durcit au niveau du kyste pilonidal. Du pus ou du sang s’écoule via des fistules en dessous de la peau ;
  • douleur : celle-ci peut être importante, ou au contraire, absente ;
  • certaines personnes ont de la fièvre, mais c’est très rare. 

Quoi qu’il en soit, si certains peuvent très bien vivre avec un kyste pilonidal bénin, d’autres devront l’enlever

Quels sont les causes et facteurs de risque d’un kyste pilonidal ?

L’apparition de kyste pilonidal peut s’expliquer par les facteurs suivants :

  • des poils qui forment un kyste pilonidal : en effet, ce type de kyste prend racine au niveau des poils. Un poil mal formé peut en être la cause. Il s’agit de la pénétration des poils dans le derme vers les fossettes sacro-coccygiennes ;
  • sexe : la population masculine serait plus à risque de développer un kyste pilonidal ; ainsi, la pilosité peut être un facteur de risque ;
  • le surpoids comme l’obésité sont reconnus pour augmenter le risque de développer le kyste pilonidal en raison d’irritation et de macération possible des plis cutanés. 

Cette liste n’est pas exhaustive. D’autres causes peuvent expliquer l’apparition de kyste pilonidal comme la sédentarité, une mauvaise hygiène, la génétique avec une prédisposition familiale, la nature grasse de la peau, etc.

Comment diagnostiquer un kyste pilonidal ?

Le diagnostic se présente comme suit : l’examen clinique consiste en la recherche de fossettes situées au niveau de la zone endolorie accompagnée d’un gonflement, s’agissant d’un kyste pilonidal symptomatique. Le médecin traitant peut aussi conduire le patient vers un spécialiste pour l’établissement d’un diagnostic précis. Il peut s’agir d’un proctologue, chirurgien esthétique, etc. Afin d’écarter toute confusion avec d’autres pathologies ou affections de la peau, ce dernier pourra faire réaliser une IRM. En fonction de la nature du kyste pilonidal, le traitement peut se faire avec ou sans intervention chirurgicale.

Bon à savoir : en cas de kyste pilonidal, il peut être tentant d’en venir à bout seul, en essayant de le percer à la main. Ceci est déconseillé, car un kyste pilonidal percé de cette façon peut conduire à une infection. L’infection peut provoquer un abcès aigu lui-même douloureux.

Quels traitements pour un kyste pilonidal ?

Selon l’importance du kyste pilonidal, la gravité, la gêne occasionnée au patient, le caractère insupportable de la douleur, les traitements suivants pourront être appliqués :

  • chirurgie : elle consiste à enlever complètement le sinus pilonidal par excision ouverte suivie d’un drainage de la zone endolorie là où se trouvent les trajets fistuleux. L’anesthésie générale peut être préconisée ;
  • laser : une sonde qui brûle le kyste pilonidal et le détruit. Ce traitement par sonde laser est efficace, et permet une guérison plus rapide. Toutefois, les risques de récidive par ce type de traitement sont élevés. L’anesthésie locale est suffisante. 

Selon qu’il soit question d’un kyste aigu ou chronique, l’intervention chirurgicale peut se faire en ambulatoire. Le patient, le cas échéant, est libéré le jour même. Toutefois, il aura besoin d’une personne à domicile pour des soins infirmiers.

Comment se déroule la cicatrisation après une opération d’un kyste pilonidal ?

La cicatrisation rapide ou lente du patient dépend de plusieurs facteurs :

  • durée : en moyenne, le temps de cicatrisation est de 2 mois. Cependant, les personnes atteintes d’un surpoids ou d’obésité peuvent mettre plus de temps à cicatriser ;
  • soins : un suivi régulier par le corps médical est nécessaire pour éviter tout risque d’infection ou de récidive. La plaie fera l’objet d’un drainage régulier localisé à l’aide d’une seringue imbibée d’eau. 

Des médicaments comme des anti-inflammatoires ou des antidouleurs peuvent être donnés au patient.

Comment prévenir l’apparition ou la récidive d’un kyste pilonidal ?

Des gestes simples sont à adopter pour prévenir l’apparition d’un kyste pilonidal :

  • règles d’hygiène : le patient devra être informé sur l’hygiène. En particulier, la nécessité de maintenir la zone de formation du kyste propre. Il faut opter pour des vêtements dans lesquels on se sent à l’aise, sans frottements, et des techniques d’élimination des poils pour éviter que certains s’incrustent malencontreusement dans le derme. Une épilation au laser peut aussi être une solution si le patient souffre de pilosité accrue ;
  • exérèse : cette technique consiste à se débarrasser définitivement du kyste. Elle a son utilité lorsque le kyste pilonidal récidive. Selon les recommandations du médecin, le patient peut être amené à faire des douches à la chlorhexidine quelques jours dans la semaine pour lutter contre les bactéries.

Quelles sont les complications possibles d’un kyste interfessier ?

Le kyste pilonidal peut s’infecter dans certains cas, et il y a risque de récidive :

  • infections : l’infection peut avoir lieu après l’opération. C’est le cas lorsque la plaie est restée ouverte, et a du mal à se refermer ;
  • récidive : même après une opération, lorsque le kyste pilonidal n’est pas complètement retiré, et en fonction du patient, il peut y avoir des récidives. Cela peut nécessiter une seconde opération. 

Bien que certaines personnes soient plus à risque de développer un kyste pilonidal, des gestes préventifs peuvent aider à réduire ce risque et à lutter contre toute récidive.

Cet article médical a été relu et validé par un médecin spécialiste en médecine générale au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les médecins généralistes au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Est-ce que un kyste pilonidal peut partir tout seul ?

Les kystes pilonidaux peuvent parfois disparaître sans traitement La chirurgie est cependant le seul traitement qui permet d'éliminer complètement le kyste et prévenir les rechutes.

Comment savoir si on a un kyste pilonidal ?

En cas de nodule sous la peau on peut identifier un kyste pilonidal par la présence de plusieurs fistules ou orifices dans la région du sillon interfessier d'où peuvent s'écouler du pu ou du sang. Un autre symptôme possible du kyste pilonidal est également la douleur.

Comment guérir d'un kyste pilonidal ?

Il est possible selon la douleur du patient d'utiliser comme traitements le laser ou la chirurgie.

Pourquoi le kyste pilonidal est-il dangereux ?

Bien que considéré comme un pathologie bénigne, non surveillé, un kyste pilonidal peut s'infecter ou récidiver.

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

2 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

137

établissements