Dysenterie

La dysenterie est une maladie contagieuse rare en France, mais prévalente dans les pays en voie de développement. Elle se caractérise par des diarrhées sanglantes et glaireuses et est causée par une infection du côlon par une bactérie ou un parasite. Dans cet article, nous examinerons la définition de la dysenterie, les différents types, ses causes, les symptômes qu'elle provoque, les méthodes de diagnostic et les traitements disponibles. Comprendre cette maladie est essentiel pour mieux prévenir, diagnostiquer et traiter cette affection potentiellement mortelle.

Trouver un spécialiste en Gastro-entérologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

La dysenterie est une pathologie rencontrée principalement dans les pays en voie de développement, beaucoup plus rarement en France. Elle désigne une maladie très contagieuse, qui se traduit par des diarrhées sanglantes et glaireuses. Elle fait suite à l’infection du côlon par une bactérie ou un parasite. 

Définition : c'est quoi la dysenterie ?

La dysenterie est une infection grave du côlon, par une bactérie ou par un parasite. Cette infection très contagieuse entraîne une destruction de la muqueuse du colon, laquelle ne parvient plus à absorber l’eau. L’eau est donc éliminée par les selles. Cela entraîne l’émission de selles liquides (diarrhées), contenant du sang et des glaires (mucus) issus de la muqueuse du colon. On parle de selles glairo-sanglantes. La dysenterie est potentiellement mortelle. Elle est endémique dans les pays en voie de développement et dans les régions tropicales. Elle résulte en effet de conditions hygiéniques insuffisantes, principalement au niveau de l’épuration des eaux usées.

dysenterie

 

Quels sont les types de dysenteries ?

On distingue deux types de dysenteries en fonction de l’élément contaminant identifié

La dysenterie amibienne ou amibiase

La dysenterie amibienne ou amibiase est provoquée par une infection parasitaire du côlon et de l’intestin grêle. L’amibiase serait une des maladies parasitaires dont le taux de mortalité est le plus élevé au monde. L’amibe responsable de cette pathologie est l’Entamoeba histolytica. Ce parasite protozoaire se transmet surtout par le contact avec des selles contaminées.

La dysenterie bacillaire

La dysenterie bacillaire il s’agit d’une dysenterie d’origine bactérienne. En cause, les bactéries Shigella (clone de l’Escherichia coli) dont on distingue 4 formes (Shigella boydii, Shigella dysenteriae, Shigella sonnei et Shigella flexneri). En France, la forme rencontrée est surtout la Shigella sonnei, contractée lors d’un séjour à l’étranger. Ces bactéries sont très infectieuses et se transmettent de manière féco-orale. Cela signifie un contact oral avec des selles souillées ou des mains en contact avec des selles souillées. Mais l’eau ou des aliments contaminés par des matières fécales infectées (légumes crus) peuvent eux aussi transmettre la dysenterie bacillaire.

Quelles sont les causes de la dysenterie ?

Les causes de la dysenterie ou syndrome dysentérique sont une infection du côlon et de l’intestin grêle. L’infection est due à une bactérie (dysenterie bacillaire) ou à un parasite (dysenterie amibienne). La présence de ces agents infectieux résulte du manque d’hygiène, essentiellement dans les pays en voie de développement et en zone tropicale. Tout particulièrement, cela est lié à l’absence de traitement des eaux usées, et à des canalisations d’eau insalubres.

 

Ces agents infectieux colonisent la muqueuse intestinale et génèrent une inflammation très sévère des tissus. Cette inflammation de la muqueuse colorectale empêche les tissus de la paroi intestinale d’absorber l’eau, et conduit l’eau à être évacuée par les selles. D’où des selles très liquides, appelées diarrhées (selles non moulées, émises plus de trois fois par jour).

 

En outre, l’inflammation de la muqueuse entraîne peu à peu sa destruction : les fragments de tissu et du sang se retrouvent dans les selles. Dans les cas les plus sévères de dysenterie (soit dans 10 à 20 % des cas), l’inflammation peut conduire à la formation d’abcès purulents au niveau des poumons, du cerveau et du foie. En l’absence de prise en charge médicale, ces abcès peuvent être mortels.

Quels sont les symptômes de la dysenterie ?

Les symptômes de la dysenterie se manifestent seulement 3 ou 4 jours après la contamination. Ils comprennent des diarrhées douloureuses contenant du sang, du pus, des glaires. Mais aussi des douleurs abdominales le long du côlon (contractions du côlon, crampes abdominales, tensions anales sans parvenir à évacuer les selles). Dans le cas d’une dysenterie bacillaire, c’est-à-dire d’une infection bactérienne, la dysenterie s’accompagne d’une forte fièvre. Des nausées, des vomissements, des vertiges, une asthénie fonctionnelle, des maux de tête peuvent compléter le tableau des symptômes.

 

Des complications graves peuvent apparaître, surtout chez le jeune enfant. En cas de diarrhées importantes et de fièvre, une déshydratation peut en effet survenir et provoquer une insuffisance rénale aiguë. Enfin, s’il s’agit d’une dysenterie bacillaire, un passage des bactéries dans le sang peut être à l’origine d’une septicémie, d’un choc septique.

Comment diagnostiquer la dysenterie ?

Pour poser le diagnostic de la dysenterie, le médecin se base sur un examen clinique du patient, complété par des analyses. En cas de diarrhées sanguinolentes, de présence de glaires et de pus dans les selles, voire de fièvre, alors il y a suspicion de dysenterie. Le médecin prescrit alors au patient un examen des selles appelé coproculture, ou encore un examen parasitologique des selles. Cette analyse effectuée en laboratoire permet de déceler la présence éventuelle de bactéries ou de parasites dans les matières fécales.

Quels sont les traitements de la dysenterie ?

Les traitements de la dysenterie passent en tout premier lieu par une réhydratation du patient. Puis, selon la forme de dysenterie à laquelle il est confronté, le médecin prescrit un traitement médicamenteux spécifique. Pour la dysenterie amibienne, le patient doit prendre des antiparasitaires à large spectre et des amœbicides de contact. Dans le cas d’une dysenterie bacillaire, le médecin opte pour des antibiotiques. Il faut noter cependant que les antibiotiques se heurtent de plus en plus fréquemment à des souches résistantes. Enfin, pour soulager la fièvre en cas de dysenterie bacillaire, du paracétamol peut être nécessaire.

 

Les recherches scientifiques continuent, notamment à l’Institut Pasteur, pour mettre au point un vaccin contre la dysenterie.

Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste en gastroentérologie au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les praticiens gastro-entérologues au sein des hôpitaux privés ELSAN, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous, dans l’un de nos établissements.

Vos questions fréquemment posées :

Quel est l'agent causal de la dysenterie ?

La dysenterie est principalement causée par des infections bactériennes, telles que Shigella, ou des parasites, comme Entamoeba histolytica, se propageant par la contamination fécale-orale.

Quelle est la différence entre la dysenterie et la diarrhée ?

La dysenterie est une forme sévère de diarrhée qui provoque une inflammation de l'intestin. Elle est souvent causée par des infections bactériennes ou parasitaires, tandis que la diarrhée peut être due à différentes causes, telles que des infections virales, des intoxications alimentaires ou des troubles digestifs.

Prenez tout de suite rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Traitements associés à la Gastro-entérologie

Examens associés à la Gastro-entérologie

Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

4 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

140

établissements