Cancer du sein

Le cancer du sein est un cancer qui touche surtout des femmes âgées de plus de 50 ans. En fonction du type de cancer du sein et de son stade, différents traitements sont envisagés. A partir de l'âge de 50 ans une mammographie de contrôle doit être effectuée pour dépister ce type de cancer.

Trouver un spécialiste en Gynécologie à proximité

Prendre rendez-vous en ligne

Retour

Le cancer du sein est un cancer qui touche surtout des femmes âgées de plus de 50 ans. En fonction du type de cancer du sein et de son stade, différents traitements sont envisagés. A partir de l'âge de 50 ans une mammographie bilatérale, associée à une échographie mammaire doit être effectuée pour dépister ce type de cancer.

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme, il touche 1 femme sur 8. Il s’agit d’un cancer qui bénéficie d’un fort taux de guérison grâce au dépistage organisé et aux progrès sur les thérapeutiques.

Définition : qu’est-ce que le cancer du sein ?

Le cancer du sein résulte d’une prolifération anarchique de cellules au niveau du sein. Ces cellules cancéreuses peuvent rester dans le sein, mais peuvent parfois migrer hors du sein, on parle alors de métastases.

💡 Le saviez-vous ?

Le cancer du sein peut également toucher les hommes, mais celui-ci est beaucoup plus rare (environ 1 % des cancers du sein).

Quels sont les causes et facteurs de risques du cancer du sein : âge, génétique ?

Le cancer du sein est une affection multifactorielle :

  • la génétique ;
  • des facteurs environnementaux peuvent augmenter le risque d'être atteint d’un cancer du sein ;
  • le premier facteur de risque reste l’âge. Les deux tiers des cancers du sein surviennent après 50 ans.

Il existe plusieurs gènes de prédisposition au cancer du sein, notamment les gènes BRCA1 et BRCA2. On estime qu’environ 60 000 femmes sont porteuses d’une de ces deux mutations génétiques.

D’autres facteurs peuvent contribuer à augmenter le risque de souffrir d’un cancer du sein, comme :

  • la sédentarité ;
  • la consommation d’alcool ;
  • ou encore des antécédents personnels de pathologies au niveau du sein ;
  • Le surpoids est également un facteur de risque du cancer du sein ; 
  • L’absence de grossesse, des règles précoces ou une ménopause tardive constituent des facteurs de risque. Le cancer du sein peut être en effet un cancer hormono-dépendant, c’est-à-dire que les cellules tumorales utilisent les hormones pour leur croissance.
     

 

Quels sont les types de cancer du sein ?

On trouve différents types de cancer du sein, en fonction de la localisation des tumeurs ainsi qu’en fonction du type de tumeur :

  • les carcinomes in situ : les cellules cancéreuses siègent au niveau des lobules et des canaux, mais ne se développent pas hors du sein.
  • les carcinomes infiltrants qui peuvent diffuser hors du sein.

La plupart de ces tumeurs se développent à partir de cellules épithéliales et possèdent des récepteurs aux œstrogènes et/ou à la progestérone, on les appelle des cancers de type luminal A ou B.
Plus rarement, elles peuvent présenter le récepteur HER2 qui leur confère un développement plus important, on les appelle alors les cancers de type HER2+ ; les tumeurs peuvent être qualifiées de basal-like si elles ressemblent à des cellules basales.
Enfin on trouve des cancers du sein appelés cancers triple négatifs qui se caractérisent par des cellules qui ne possèdent pas de récepteurs aux estrogènes, ni à la progestérone, ni à la protéine HER2.
 

Quels sont les stades du cancer du sein ?

Le stade du cancer du sein dépend de la taille de la tumeur, de l'éventuelle atteinte des ganglions, et/ou d'autres organes (poumons, foie, os).

  • T1 représente une tumeur de 2 cm, T2 une tumeur de 2 à 5 cm, et T3 une tumeur de plus de 5 cm;
  • N0 si les ganglions ne sont pas atteints, N1 s'ils sont atteints.
  • M0 s'il n'y a pas de métastases, M1 si d'autres organes sont atteints.

La classifications ACR est utilisées en imagerie médicale et permet de classer de 1 à 5 les anomalies radiologiques.

 L'agressivité des tumeurs est classée en grades (de 1 à 3).

Comment dépister un cancer du sein ?

Tout d’abord, il convient de prendre rendez-vous pour un contrôle chez le gynécologue tous les un à deux ans, afin de dépister une éventuelle anomalie. À partir de 50 ans, une mammographie de contrôle doit être effectuée tous les deux ans et permet de dépister tôt les cancers du sein afin de les prendre en charge rapidement.

En cas de symptômes suspects, comme une grosseur, une déformation, un écoulement ou encore une zone inflammatoire, il ne faut pas hésiter à consulter le médecin ou le gynécologue. L’échographie, la mammographie ou encore l’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) sont les examens d’imagerie les plus utilisés quand un médecin suspecte un cancer du sein. Si une image s’avère suspecte, une biopsie peut être pratiquée ainsi qu’une cytoponction. Des examens de laboratoire pourront compléter le diagnostic, notamment pour rechercher les récepteurs hormonaux aux œstrogènes et à la progestérone, le récepteur à HER2, ou encore la protéine Ki67.

Un bilan d’extension est éventuellement effectué pour vérifier si la tumeur ne s’est pas étendue.

Prendre rendez-vous en ligne

Quels traitements médical et prise en charge pour un cancer du sein ?

Le traitement du cancer du sein est personnalisé, il dépend de la taille, de l’agressivité de la tumeur, du type de tumeur. Les principaux traitements sont :

  • La chirurgie, qui reste le traitement de référence. Le chirurgien peut pratiquer une tumorectomie (appelée aussi chirurgie conservatrice) qui consiste à retirer uniquement les cellules tumorales et les cellules proches pour conserver le sein. Cette technique est celle qui est la plus privilégiée quand cela est possible. Si la tumeur est plus étendue, ou multifocale, une mastectomie (ablation du sein en entier) est réalisée. Une reconstruction mammaire est alors proposée, elle peut être immédiate ou différée après la fin des traitements.
  • La chimiothérapie, qui peut se réaliser avant ou après une chirurgie et qui consiste à utiliser des produits cytotoxiques pour détruire les cellules tumorales.
  • La radiothérapie, qui consiste à irradier la zone où se situait la tumeur, après la chirurgie, pour diminuer le risque de récidive.
  • L’hormonothérapie, qui consiste à priver la tumeur d’apport hormonal.
  • La thérapie ciblée, qui consiste à utiliser des médicaments innovants, comme des anticorps, pour cibler un type de cellule cancéreuse particulière (découvrir nos questions fréquemment posées ci dessous).

Quel suivi après un traitement d’une tumeur du sein ?

Après un cancer du sil est important d’effectuer des visites de contrôle ainsi que des examens(mammographie / échographie annuelle) pour prendre rapidement en charge une éventuelle récidive et augmenter ses chances de guérison. Ces contrôles seront de plus en plus espacés ensuite dans le temps. Il est important de prendre soin de soi, de reprendre une activité physique adaptée, et d’éventuellement se faire aider psychologiquement.

Quand dit-on qu'un cancer est en rémission complète ?

Etre en rémission

La définition d'une rémission est la suivante : on parle de rémission quand la patiente traverse une période où elle va mieux. On parle de rémission complète, lorsqu'aucune trace du cancer du sein n'est présente après les traitements. En revanche, les scientifiques font une distinction entre rémission et guérison. La guérison intervient lorsqu'aucune récidive n'est apparue depuis plusieurs temps. Il est donc important de se faire suivre après la fin des traitements.

Comment vivre quand on est en rémission du cancer du sein ?

Vivre en rémission du cancer du sein peut être une situation particulière. Les traitements sont terminés, mais la surveillance est encore active et le risque de rechute est présent. Il est donc compréhensible que l’état psychologique de la patiente soit mis à l’épreuve. Il est recommandé de suivre un suivi post-cancer pour détecter rapidement toute éventuelle récidive de la maladie. Ce suivi implique généralement deux à trois rendez-vous annuels avec les médecins ayant participé à la prise en charge (chirurgien, oncologue, radiothérapeute) et ceci pendant 5 ans.

Après 5 ans, on considère que le risque de récidive est plus faible, ce qui permet un allègement de la surveillance. Ces consultations représentent également l’occasion d’une discussion sur les conséquences psychologiques de la maladie sur la vie sociale, personnelle et professionnelle de la patiente. Il est fortement recommandé de suivre autant que possible les conseils suivants:

  • Suivez scrupuleusement les traitements prescrits ✔️
  • Veillez à respecter le rythme des consultations et des examens convenus avec votre médecin traitant, l’équipe soignante et les autres intervenants ✔️
  • N’hésitez pas à poser toutes vos questions aux professionnels qui s’occupent de vous ✔️
  • Enfin, il est important de prendre soin de soi-même et d’adopter une bonne hygiène de vie pour améliorer sa qualité de vie après un cancer du sein ✔️

Quel est le cancer qui récidive le plus ?

Plusieurs types de cancer peuvent récidiver en fonction de la tumeur, de son extension et de sa diffusion dans l'organisme. Les atteintes au cerveau et au pancréas sont souvent considérées comme de mauvais pronostic. Dans le cadre du cancer du sein, celui qui est appelé "triple négatif" semble le plus agressif.

Quels sont les signes d'une récidive de cancer ?

La surveillance proposée aux patientes à la suite d'un cancer du sein a pour objet notamment de détecter l'apparition de signes qui feraient penser à une récidive tels que :

  • fatigue ;
  • ganglion ;
  • douleurs ;
  • essoufflement ;
  • perte d'appétit ;
  • maux de tête.

Si ces signes ou d'autres vous inquiètent, n'hésitez pas à en parler avec votre praticien(ne).

Quelle est l’espérance de vie avec un cancer du sein ?

L’espérance de vie après un cancer du sein est de 88 % à 5 ans et 78 % à 10 ans. La recherche avance de plus en plus pour augmenter encore ces taux. Actuellement, 9 femmes sur 10 guérissent d’un cancer du sein.

Cet article médical a été relu et validé par un  médecin spécialiste en gynécologie obstétrique au sein d’un établissement ELSAN, groupe leader de l’hospitalisation privée en France. Il a un but uniquement informatif et ne se substitue en aucun cas à l’avis de votre médecin, seul habilité à poser un diagnostic.

Pour établir un diagnostic médical précis et correspondant à votre cas personnel ou en savoir davantage et avoir plus d’informations sur votre pathologie, nous vous rappelons qu’il est indispensable de prendre contact et de consulter un médecin.

Vous trouverez ci-dessous, les établissements spécialisés en radiothérapie pour le traitement de votre cancer ainsi que nos praticiens oncologues médicaux, qui vous reçoivent en RDV près de chez vous ( pour le dépistage et le suivi ), dans l’un de nos établissements et hôpitaux privés ELSAN.

Article écrit le 20/03/2023, vérifié par Dr Olivier PAPE - Gynécologue Obstétricien, CHP Brest - Grand Large

Dépistage : Prenez rendez-vous ! 

Obtenez un rendez-vous en moins de 5 min avec l'un de nos praticiens en choisissant le créneau horaire qui vous convient le mieux dans un établissement près de chez vous !

Traitement : nos centres de radiothérapie

Valenciennes

Centre de cancérologie Les Dentellières

Sarcelles

Institut de Cancérologie Paris Nord (ICPN)

Brest

Centre Finistérien de Radiothérapie et d'Oncologie

Metz

Institut Privé de Radiothérapie de Metz

Vos questions fréquemment posées :

Quels sont les premiers symptômes d'un cancer du sein ?

Les symptômes d’un cancer du sein sont souvent imperceptibles au début. C’est pourquoi il est important de se faire dépister régulièrement. Les premiers symptômes d’un cancer du sein sont généralement une petite bosse ou un nœud dans le sein, une modification de la forme ou de la taille du sein, une rougeur ou une inflammation du sein, une modification de l’aréole ou du mamelon, ou des secrétions du mamelon.

Comment savoir si on a un cancer du sein ?

Pour dépister un cancer du sein, la mammographie associée à l'échographie mammaire, ou éventuellement l’IRM sont les examens d’imagerie les plus utilisés. A partir de l'âge de 50 ans une mammographie de contrôle est recommandée tous les 2 ans, jusqu'à 75 ans.

Quel survie avec un cancer du sein ?

L’espérance de vie après un cancer du sein est de 88 % à 5 ans et 78 % à 10 ans.

Guérir ou être en rémission ? Synonyme guérison ? 

La définition de la rémission est la suivante : elle intervient à la fin des soins lorsque les signes du cancer du sein ne sont plus visibles. On fait parfois le distingo : on parle de rémission lorsque la malade va mieux durant une période. On parle de rémission complète en l'absence de tout signe de la maladie après la fin des traitements. Mais la rémission n'est pas synonyme de guérison.

La guérison d'un cancer du sein est déclarée lorsque la patiente n'a subi aucune récidive durant plusieurs années après la fin des soins. La rémission est l'absence de trace du cancer après la fin des traitements.

Combien de temps peut-on vivre avec un cancer non soigné ?

Théoriquement, et pratiquement, des personnes sont susceptibles de vivre plusieurs années avec un cancer sans traitement. Notamment celles qui ne se savent pas malades et chez lesquelles aucune pathologie n'a été décelée. Lorsque l'on suspecte ou détecte un cancer, il est plus prudent de demander un avis médical.

Thérapie ciblée avec l'enzyme Théta de l'Institut Curie : Qu'est-ce ?

En septembre 2023, l'Institut Curie a annoncé une avancée dans le traitement des cancers du sein et de l'ovaire. Ses chercheurs ont démonté le mécanisme d'une enzyme qui intervient dans la réparation des cellules cancéreuses. Comme toutes les cellules, les cellules cancéreuses peuvent être réparées si elles sont endommagées. L'enzyme Théta intervient dans ce processus et à moment que l'on ne pensait pas possible (durant la division cellulaire). S'appuyant sur ces recherches, ils ont mis en évidence un mécanisme d'inhibition de cette enzyme (autrement appelée PolꝊ ). "C’est grâce à la compréhension de tels mécanismes que nous pouvons échafauder de nouvelles pistes pour déjouer le cancer", explique le Dr Raphaël Ceccaldi sur le site de l'Institut Curie. Ces pistes de thérapie ciblée (contre l'enzyme Théta) laissent entrevoir des perspectives thérapeutiques nouvelles.

Prévention cancer du sein

Comment s'auto-palper ?

Intrabeam : Traiter le cancer du sein en un jour !

Focus sur le cancer du sein avec le Dr Aurélie Pelissier

Le Cancer du sein

le cancer du sein par aurelie pelissier

Le traitement du cancer du sein

Traitement du cancer du sein par aurelie pelissier

La rémission du cancer du sein

remission cancer du sein aurelie pelissier
Image

1er

opérateur de santé privé en France

Image

28 000

collaborateurs

Image

45 000

naissances par an

Image

4 200 000

de patients chaque année

Image

7 500

médecins

Image

140

établissements